1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Affaire Benalla : Larrivé évoque sur RTL l'existence d'une "milice parallèle"
1 min de lecture

Affaire Benalla : Larrivé évoque sur RTL l'existence d'une "milice parallèle"

Guillaume Larrivé était l'invité de RTL ce lundi 23 juillet. Co-rapporteur de la commission d'enquête, le député Les Républicains s'interroge sur l'existence d'une "milice parallèle" au sommet de l'Etat.

Emmanuel Macron et Alexandre Benalla en mars 2018
Emmanuel Macron et Alexandre Benalla en mars 2018
Crédit : WITT/SIPA
Affaire Benalla : Larrivé évoque sur RTL l'existence d'une "milice parallèle"
08:41
3 minutes pour comprendre du 23 juillet 2018
08:43
Leia Hoarau

Guillaume Larrivé, co-rapporteur de la commission d'enquête, s'est exprimé ce lundi 23 juillet sur l'affaire Benalla. Quelques heures avant l'audition du ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, il a réclamé l'audition de "toute la chaîne hiérarchique de la place Beauvau et de l'Elysée" et rappelle que la commission d'enquête doit faire la lumière sur "l'ensemble d'un système".

Le député Les Républicains commence par énumérer toutes les zones d'ombre que la commission d'enquête devra éclaircir durant ses investigations. "Pourquoi a-t-il fallu attendre 11 semaines, près de 3 mois, pour que la justice soit saisie ? Qui a recruté ces individus, M. Benalla, M. Crase ? Qui les a introduits au cœur de l'Etat ? Qui savait quoi ? Quels sont leurs commanditaires ? Est-ce qu'il y a une organisation souterraine, une sorte de milice parallèle à la police et à la gendarmerie ? Voilà toutes les questions que l'on doit se poser."


Si Guillaume Larrivé a conscience de l'impossibilité d'auditionner le président de la République, il précise que la commission d'enquête n'acceptera pas d'être "entravée par Emmanuel Macron, par la majorité et par les relais d'Emmanuel Macron à l'Assemblée nationale (...) Je demande à Emmanuel Macron de demander à ses subordonnés, Christophe Castaner, Bruno Roger-Petit, Alexis Kohler, de se présenter devant la commission d'enquête."

Par ailleurs, Guillaume Larrivé s'insurge du temps de réaction trop long de l'État de la justice depuis la dernière agression d'Alexandre Benalla : "Entre le 1er mai et le 19 juillet, il s'écoule plus de 3 mois avant que le sommet de l'État ne prenne des décisions et avant que la justice ne soit saisie !".

À lire aussi

Il rappelle également que le rôle de la commission d'enquête est avant tout de "comprendre comment le système de relations entre la place Beauvau, l'Elysée, jusqu'au président de la République, et le parti La République en Marche, comment les connexions, l'organisation de ce système ont pu provoquer de telles dérives et étouffer cette affaire." 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/