1. Accueil
  2. Actu
  3. Météo
  4. Pourquoi la taille du Mont-Blanc évolue-t-elle ?
2 min de lecture

Pourquoi la taille du Mont-Blanc évolue-t-elle ?

Si le sommet du toit de l'Europe n'est pas en train de fondre massivement, le constat d'une baisse de la taille de la calotte de glace du Mont-Blanc est indéniable. Une situation qui s'explique en partie par l'importance des précipitations en altitude.

Le Mont Blanc culmine aujourd'hui à 4.807,18 mètres.
Le Mont Blanc culmine aujourd'hui à 4.807,18 mètres.
Crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP
Lison Bourgeois

3 mètres de moins et le voici qui fait la une des journaux. Le Mont-Blanc culmine désormais à 4.807,18 mètres. Faisant référence à une étude réalisée à la mi-septembre par une trentaine de spécialistes, ce chiffre a été rendu public ce jeudi 30 septembre par les géomètres-experts de Haute-Savoie. 

Les journaux français se sont alors inquiétés de la diminution de ce patrimoine naturel. Ainsi, depuis 2017, le fameux Le Mont-Blanc a perdu 81 centimètres. Depuis 2001, des experts se rendent sur le Mont-Blanc tous les deux ans pour effectuer des relevés réguliers grâce à des capteurs liés à des satellites et ainsi modéliser la calotte glaciaire.

Alors que les écoliers apprennent par cœur chaque année l'altitude du fameux sommet, celui-ci oscille en réalité chaque année. La variation de ces chiffres est influencée par les précipitations et les vents d'altitude. Ainsi, le sommet du Mont-Blanc est recouvert d'une couche de glace et de neige qui mesure environ 15 mètres. Même si les spécialistes effectuent la mesure en enlevant près de 50 centimètres de neige fraîche au sommet, cette zone reste particulièrement sensible aux changements météorologiques. 

On constate un réchauffement de 2°C au cours des trente dernières années

Christian Vincent, ingénieur de recherche au CNRS de Grenoble

Les scientifiques ne s'inquiètent donc pas de la baisse de la hauteur du sommet du toit de l'Europe. Cependant, il y a un autre phénomène qui est au cœur des préoccupations : la hausse de la température au centre de la glace. 

À lire aussi

Grâce à des capteurs placés en profondeur, les scientifiques ont constaté un fort impact du changement climatique sur la température interne des glaciers. En effet, la glace s’est réchauffée deux fois plus vite que l’atmosphère terrestre. 

Les glaciers sont différenciés en fonction de leur température. Ils sont nommés "froids", quand ils peuvent descendre à -17°C, ou bien "tempérés" lorsqu'ils se stabilisent à 0°C. En se réchauffant, les glaciers froids vont devenir tempérés, ce qui peut les déstabiliser. Si ce risque doit être pris en compte, les glissements de terrains ne représentent pas de dangers immédiats et sont encore difficiles à évaluer. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/