1. Accueil
  2. Actu
  3. Météo
  4. Météo : comment expliquer cet été pluvieux ?
2 min de lecture

Météo : comment expliquer cet été pluvieux ?

Ce mois de juillet particulièrement pluvieux serait dû à une succession de gouttes froides depuis la mi-juin, a expliqué Météo-France.

Des visiteurs du Zoo de Beauval sous la pluie le 13 juillet 2021 (illustration).
Des visiteurs du Zoo de Beauval sous la pluie le 13 juillet 2021 (illustration).
Crédit : Guillaume SOUVANT / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault

Cette première partie d'été a été marquée par de tragiques inondations en Europe occidentale, touchant les Pays-Bas, le Royaume-Uni et endeuillant l'Allemagne et la Belgique. En France aussi le mois de juillet a été particulièrement pluvieux et risque de l'être encore un peu. 

François Gourand, ingénieur prévisionniste à Météo-France, explique que ce mois de juillet, semblable a un mois de novembre, est dû à une succession de gouttes froides depuis la mi-juin. Une goutte froide est en réalité "une poche d’air froid d’altitude, située autour de 3.000 à 7.000 m d’altitude", explique le spécialiste qui précise que la formation de ces gouttes "déstabilise l’atmosphère, favorisant le développement de nuages et de pluies". Lorsque la goutte froide se déplace lentement, elle peut provoquer des inondations, ajoute-t-il encore.

C'est ce qui s'est produit en Allemagne, en Belgique, et dans une moindre mesure dans le nord-est de l'hexagone à la mi-juillet, et plus récemment au Royaume-Uni. Pour François Gourand, ce phénomène pourrait s'expliquer par "un blocage chaud et sec sur l’est et le nord de l’Europe", qui aurait "empêché les gouttes froides de circuler plus rapidement vers l’est de l’Europe", et provoquant ainsi les récentes inondations.

Les prochains jours devraient rester frais et pluvieux

La pluviométrie a été particulièrement forte en France sur la période 1er juin au 28 juillet. En effet, il s'agit de la 3e valeur la plus forte depuis 1959 sur cette période, souligne François Gourand, qui précise que les précipitations étaient supérieures de 53% par rapport à la normale. Au 28 juillet, la valeur de la pluviométrie dans l'hexagone était de 83,9 mm, soit la 11e valeur la plus forte depuis 1959.

À lire aussi

Toutefois, la pluie n'a pas concerné l'entièreté des régions françaises, ainsi sur la majorité d'entre elles, l'ensoleillement a été relativement proche de la normale. La pointe bretonne, le piémont pyrénéen et le Centre-Est notent pour leur part un déficit de 10 à 20% d'ensoleillement depuis le 1er juin, indique l'ingénieur prévisionniste à Météo-France

Pour les prochains jours, François Gourand prévoit un temps changeant sur la grande partie de la France, en raison d'une influence du flux océanique assez perturbé. Si des passages pluvieux sont donc à prévoir, ces derniers ne devraient pas apporter des quantités trop importantes de pluie, "car les perturbations circuleront régulièrement", assure-t-il. Les bords de la Méditerranéen devraient bénéficier du soleil avec de faibles précipitations et des températures proches des normales de saison. Dans le reste de l'hexagone, il fera plus frais, "souvent 2 à 4 °C sous les normales de saison", conclut le spécialiste.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/