1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Valérie Trierweiler : giflé par l'ex-première dame, il demande "des excuses publiques"
2 min de lecture

Valérie Trierweiler : giflé par l'ex-première dame, il demande "des excuses publiques"

Mohamed Rizki a été giflé par Valérie Trierweiler, après lui avoir demandé des nouvelles de François Hollande.

Valérie Trierweiler, le 7 novembre 2013 (illustration)
Valérie Trierweiler, le 7 novembre 2013 (illustration)
Crédit : AFP
Marie-Pierre Haddad

"Humilié" par l'ancienne première dame, Mohamed Rizki lui demande "des excuses publiques". Une brève altercation est survenue, jeudi 12 mars, dans un café du XVe arrondissement de la capitale entre un client et Valérie Trierweiler. Selon les premiers éléments de l'enquête, cet homme aurait fait une première remarque déplacée à la journaliste, auteure du best-seller Merci pour ce moment, en lui demandant apparemment ironiquement "des nouvelles de François Hollande".

Le ton serait monté, Valérie Trierweiler demandant au client de présenter ses excuses. Ce qu'il a refusé. C'est à ce moment que l'ancienne compagne du chef de l'État l'aurait giflé. Le client est alors allé déposer plainte au commissariat en fin de matinée pour "coups et blessures".

Une attitude "hystérique"

Dans un entretien au Parisien, Mohamed Riziki souligne n'avoir eu aucune arrière-pensée : "C'était une simple question. En l'espace d'une fraction de seconde, elle a changé de visage. Elle est venue vers nous en répétant de manière très agressive 'Excusez-vous !' Elle était très, très hystérique", raconte-t-il.

Il juge ainsi sa réaction "totalement disproportionnée" et estime avoir été "violenté dans sa liberté d'expression". Le jeune homme ajoute qu'"aucune violence ne peut-être justifiée contre la liberté d'expression. Après avoir reçu cette gifle, je n'ai pas compris ce qui m'arrivait. [...] Encore une fois, ma question n'avait rien d'insultant, ni de moqueur".

Je voudrais savoir si elle a conscience du mal qu'elle a fait

Mohamed Riziki
À lire aussi

Mohamed Riziki a ainsi décidé de porter plainte, rapporte Le Parisien. "J'ai hésité avant de le faire mais mon entourage, et notamment l'ami qui était avec moi au moment des faits, m'ont incité à le faire. Je voudrais savoir si elle a conscience du mal qu'elle a fait. Il faut qu'elle comprenne que nous vivons dans une démocratie et que la liberté d'expression existe. Et qu'aucune violence ne saurait être justifiée. Je lui demande des excuses publiques".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/