1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Une femme amputée de 4 membres après un avortement à Bordeaux
1 min de lecture

Une femme amputée de 4 membres après un avortement à Bordeaux

Amputée de 4 membres après un IVG en 2011, une femme de 36 ans a porté plainte contre la maternité du CHU de Bordeaux. Elle reproche une négligence à l'équipe médicale.

Un couloir d'hôpital (illustration)
Un couloir d'hôpital (illustration)
Crédit : Wikipedia / CC
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière

Un nouveau scandale vise une maternité. Après la fermeture de celle d'Orthez où une patiente est décédée, une information judiciaire a été ouverte au tribunal de grande instance (TGI) de Bordeaux, raconte Sud Ouest. Une femme de 36 ans y a été amputée de 4 membres après avoir contractée une septicémie à la suite d'une interruption volontaire de grossesse (IVG). 

Un retard dans l'administration des antibiotiques ?

Les faits remontent à 2011. À l'époque une commerçante bordelaise enceinte, déjà mère de trois enfants, décide en accord avec son mari d'avorter. L'intervention s'était a priori plutôt bien passée, et n'avait duré que quelques heures. La patiente était ensuite retournée à son domicile.

Mais le lendemain, son état à commencé à se dégrader. Atteinte de fortes fièvres et de douleurs, elle décide de retourner à l'hôpital, où l'interne de garde décide de la renvoyer à son domicile après avoir procédé au retrait du stérilet posé après l'intervention et une fois des prélèvements pratiqués.

La jeune femme a perdu ses deux pieds, un avant-bras et une main

Après avoir examiné son cas, le médecin de garde diagnostique une septicémie, et ordonne le retour de cette femme à la maternité. Il faudra attendre encore quelques heures pour que la patiente reçoive les antibiotiques qui lui avaient été prescrits quelques heures plus tôt. C'est ce retard dans l'administration des médicaments que dénoncent les plaignants. La jeune femme a perdu ses deux pieds, un avant-bras et une main.

À écouter aussi

La direction du CHU de Bordeaux "se refuse à tout commentaires" écrivent nos confrères de Sud Ouest, qui précise que des expertises sont en cours dans le cadre de l'information judiciaire.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/