1 min de lecture Amour

Un sexagénaire usurpait les photos d'un playboy pour abuser de femmes les yeux bandés

Un homme de 68 ans a été mis en examen pour "viols par surprise". Il est accusé d'avoir usurpé l'identité d'un jeune homme sur des sites de rencontre pour abuser de jeunes femmes à son domicile.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Un sexagénaire usurpait les photos d'un playboy pour abuser de femmes les yeux bandés Crédit Image : istock | Crédit Média : Damien Delseny | Durée : | Date : La page de l'émission
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL

Crâne dégarni et épaisses lunettes de myope, Gérard (le nom a été modifié, ndlr) n'avait pas toutes les cartes en main pour séduire les femmes. Alors par la magie maléfique des réseaux sociaux, il se transforme en beau gosse ténébreux, s'invente un nom, Anthony Laroche, et un nouveau visage en détournant les photos d'un mannequin piochées sur internet, raconte Le Parisien dans son édition du 4 mai. Le résultat est immédiat.

Sur plusieurs sites de rencontre, Gérard, alias Anthony, séduit de nombreuses femmes seules. L'homme n'est pas seulement jeune et beau. Il est aussi architecte et designer d'intérieur à Monaco. Il manie également le mystère comme personne. Pour leur premier rendez-vous dans l'obscurité d'une chambre, ses conquêtes doivent se bander les yeux. Sulfureux comme dans le best-seller 50 Nuances de Grey

Trois victimes ont porté plainte

Mais le gris est surtout dans la chevelure de Gérard. Après les ébats, une fois la lumière allumée et le bandeau retiré, l'heure est à la déception. "J'ai vu un homme d'environ 65 ans avec des lunettes, un peu dégarni sur le dessus, bien ridé. Il ne correspondait absolument pas à la photo. J'ai eu un sentiment de dégoût total", raconte une célibataire de 40 ans inscrite sur le site de rencontre gratuit Zoosk.

Trois de ses victimes ont d'ores et déjà déposé plainte. Mis en examen au mois de mars, Gérard vient de passer plusieurs semaines en prison. L'enquête est toujours en cours. À son domicile, les policiers ont retrouvé des carnets, des disques durs et des ordinateurs remplis de photos explicites et de numéros de téléphone de 342 femmes, indique Le Parisien. Reste à savoir si cet escroc de la drague était réellement et judiciairement parlant un violeur. En retenant le "viol par surprise" et en ordonnant son incarcération provisoire, la justice semble aller dans cette voie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Amour Drague Réseaux sociaux
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants