1 min de lecture Agression sexuelle

Un sexagénaire jugé pour de multiples viols sur son assistante dans l'Essonne

VU DANS LA PRESSE - Un homme de 60 ans est jugé devant la cour d'assises de l'Essonne à partir de ce mardi 10 mars pour des viols à répétition qu'il aurait commis sur son assistante entre 2003 et 2013.

Une cour d'assises (illustration)
Une cour d'assises (illustration) Crédit : PASCAL GUYOT / AFP
Maeliss
Maeliss Innocenti Journaliste

Déjà condamné à 15 mois de prison avec sursis pour agression sexuelle en 2015, un homme de 60 ans est jugé à partir de ce mardi 10 mars pour de multiples viols dont l'accuse son ancienne assistante, aujourd'hui âgée de 40 ans. Les faits auraient été commis sur une période de dix ans, entre 2003 et 2013.

Comme le rappelle Le Parisien, la plaignante s'était décidée à traduire son agresseur en justice en février 2014, alors qu'elle témoignait en faveur d'une collègue dans la première affaire qui visait son ex-employeur (chef d'agence d'une entreprise de sécurité à Viry-Châtillon).

Elle a expliqué avoir été victime d'une trentaine de viols, le premier ayant eu lieu lors de sa période d'essai dans l'entreprise, en 2003, alors qu'elle n'avait que 24 ans. Plusieurs autres agressions sexuelles et viols auraient ensuite eu lieu sur dix ans au travail, lors de déplacements, dans une voiture et même au domicile de la plaignante. Pour sa défense, le sexagénaire assure que les rapports sexuels étaient tous consentis.

Les autres salariés de l'entreprise n'ont rien remarqué de particulier entre l'assistante et son patron, mais certains décrivent ce dernier comme quelqu'un de "macho", "grossier" et "irrespectueux avec les femmes". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Agression sexuelle Viol Essonne
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants