2 min de lecture Justice

Un médecin suspendu pour des propos sur l'extermination des handicapés

Dans une discussion avec une infirmière, le praticien de Cherbourg se serait étonné "qu'on laisse se reproduire" les personnes handicapées.

États-Unis : un enfant de 7 ans reste endormi 11 jours d'affilée
États-Unis : un enfant de 7 ans reste endormi 11 jours d'affilée Crédit : AFP / Joe Raedle
Amélie James
Amélie James

Ses propos lui ont valu une suspension temporaire d'exercice. Un médecin de Cherbourg, dans la Manche, a été condamné par l'Ordre régional des Médecins à six mois d'interdiction d'exercer (dont trois avec sursis) pour avoir tenu un discours semblant favorable à l'extermination des handicapés.

Les faits relatés par France Bleu Cotentin remontent à janvier 2017. Alors qu'il attendait l'arrivée d'un patient infirme, le médecin aurait défendu, auprès de l'infirmière qui l'assistait, l'extermination des personnes handicapées et homosexuelles. Dans une tirade, il se serait étonné "qu'on laisse se reproduire les 'neuneus'. 

Selon l'infirmière présente au moment des faits, les réflexions du praticien portaient sur le sort qui pourrait être réservé à des personnes gravement handicapées. Il aurait parlé d'"un bon coup de cyanure", avant de faire allusion à la "solution finale" utilisée par les nazis à l'égard des personnes handicapées et homosexuelles. 

Face à de telles accusations, l'Agence Régionale de Santé a saisi l'Ordre régional des Médecins. Durant son audience, le praticien, également membre de SOS Médecins, a tenté de se défendre en rappelant le contexte de la discussion. 

"Des réflexions cyniques désabusées"

À lire aussi
Le rappeur Nick Conrad justice
"J'ai baisé la France jusqu'à l'agonie" : le rappeur Nick Conrad n'est pas poursuivi

"Lors de la conversation avec l'infirmière, il a fait part de la souffrance que lui inspirait le patient lourdement handicapé qu'il venait de soigner. Il a fait la transposition sur sa situation personnelle en disant qu'il préférerait une autre fin. C'est le point de départ de la discussion", aurait expliqué son avocat selon La Manche Libre.

Durant son audience, l'accusé a clamé une mauvaise interprétation de son allocution qu'il qualifie de "réflexions cyniques désabusées et philosophiques"

Une condamnation au nom du principe de moralité

Après avoir examiné le dossier, l'Ordre régional des Médecins a jugé que ce discours avait été tenu dans un cadre strictement professionnel. Alors que le médecin risquait la radiation, il écope finalement d'une interdiction d'exercer de trois mois, au nom du "principe de moralité".

De son côté, l'organisme SOS Médecins avait condamné de tels propos tout en restant vigilant sur leur véracité : "L'association se pliera aux décisions de l'ordre et ne peut cautionner de telles prises de positions, si elles s'avèrent exactes", avait déclaré le président de l'association, Frédéric Bastian, au micro de France Bleu Cotentin, avant que la décision de l'Ordre des Médecins ne soit connue. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Médecins Handicap
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants