1 min de lecture Faits divers

Toulouse : un élu municipal accusé de viols démissionne

Frédéric Brasilès, conseiller municipal toulousain, est visé depuis mardi 22 octobre par deux plaintes pour viol. Le maire Jean-Luc Moudenc a accepté sa démission.

Le fronton de la mairie de Toulouse, le 31 octobre 2013
Le fronton de la mairie de Toulouse, le 31 octobre 2013 Crédit : AFP / ERIC CABANIS
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy
et AFP

Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse (Haute-Garonne), a annoncé jeudi 24 octobre avoir accepté la démission du conseiller municipal délégué de son groupe, Frédéric Brasilès, visé par une enquête préliminaire pour deux viols, selon une source proche de l'enquête, .

Frédéric Brasilès, élu sur la liste du maire Les Républicains de Toulouse en 2014, et qui était chargé des fêtes et manifestations, "fait l'objet d'une enquête préliminaire actuellement diligentée par les autorités judiciaires", a annoncé Jean-Luc Moudenc dans un communiqué. 

"Il m'a indiqué ne reconnaître aucun des faits qui lui sont reprochés. Cependant, afin de pouvoir se défendre sereinement sur ses affaires personnelles sans porter préjudice à la collectivité, Frédéric Brasilès m'a remis sa démission. Je l'ai acceptée", a ajouté le maire.

Deux viols "anciens mais non prescrits"

L'élu toulousain, 44 ans, est visé par un enquête préliminaire pour deux viols présumés, "anciens mais non prescrits", qui ont fait l'objet de "plaintes récentes", sans lien direct avec la mission qu'il assurait au sein du conseil municipal, a indiqué à l'AFP la source proche de l'enquête. L'élu a été interpellé mardi matin à son domicile toulousain, et sa garde à vue levée mercredi, a ajouté cette source.

À lire aussi
Un ours polaire au zoo d'Amnéville faits divers
Zoo d'Amnéville : nouvelle polémique après le tronçonnage d'un cadavre d'ours

"Il revient maintenant à la justice de faire son travail. Il ne m'appartient évidemment pas de me prononcer sur les faits en cause. Je laisse aux juges et à la police judiciaire le soin d'enquêter afin que toute la lumière soit faite sur ces accusations, dans le double respect de la présomption d'innocence et du droit des victimes", a conclu Jean-Luc Moudenc.

Fin août, un restaurateur toulousain avait accusé Frédéric Brasilès de tentative de racket via une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. Une enquête préliminaire a également été ouverte sur cette affaire, M. Brasilès ayant porté plainte pour diffamation et le restaurateur pour corruption, selon la source proche de l'enquête.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Toulouse Haute-Garonne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants