1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Toulouse : quatre jeunes en garde à vue après le meurtre d'une étudiante
2 min de lecture

Toulouse : quatre jeunes en garde à vue après le meurtre d'une étudiante

Quatre jeunes ont été placés en garde à vue ce jeudi 6 août après le meurtre d'une jeune étudiante dans un appartement du centre de Toulouse.

Les enquêteurs emportent le cadavre d'une jeune femme retrouvée morte dans son appartement à Toulouse, le 4 août 2015.
Les enquêteurs emportent le cadavre d'une jeune femme retrouvée morte dans son appartement à Toulouse, le 4 août 2015.
La rédaction numérique de RTL & AFP

Du nouveau dans l'enquête sur le meurtre d'une jeune femme dans son appartement du centre-ville de Toulouse : quatre suspects ont été placés en garde à vue ce jeudi 6 août.

Les pompiers avaient retrouvé le cadavre décomposé d'Eva, une étudiante de 23 ans, dans une malle en plastique, dans la nuit de lundi 3 à mardi 4 août et "l'hypothèse d'un homicide volontaire" était privilégiée. Une personne s'est présenté aux enquêteurs de la police judiciaire ce mercredi soir, déclarant avoir des informations sur le meurtre de l'étudiante. Dans la foulée la police a interpellé deux autres personnes. Ainsi, selon la Dépêche du Midi, deux garçons âgés de 22 et 19 ans, une jeune fille de 20 ans sont actuellement en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire, indique le quotidien toulousain. Une quatrième personne, un jeune homme, a aussi été placé ultérieurement en garde à vue, a ajouté jeudi à l'AFP une autre source proche du dossier.

La chaîne de télévision régionale France 3 a rapporté que, selon ses premières déclarations, l'homme qui s'est présenté spontanément ne serait pas l'auteur du meurtre mais aurait aidé à maquiller la scène du crime en achetant de l'acide chlorhydrique. Des produits corrosifs pour accélérer la décomposition du corps ont été retrouvés dans le studio qu'occupait la victime, selon une source proche du dossier.

Un lien probable avec une affaire de drogue

À écouter aussi


Selon Le Parisien, le jeune homme "semble avoir été présent sur les lieux des faits au moment du meurtre". Le quotidien ajoute que de nombreux éléments destinés à masquer le plus longtemps possible la découverte du corps ont été saisis dans le studio dont la porte avait été calfeutrée. Il aurait par ailleurs donné aux enquêteurs l'identité du meurtrier présumé, un homme d'une vingtaine d'années qui a été interpellé mercredi soir, selon France 3. Placé en garde à vue, il restait muet face aux enquêteurs, toujours selon la chaîne.

Selon un voisin, la mère et une amie de la locataire s'inquiétaient de ne pas avoir de nouvelles de la jeune victime depuis 15 jours, son portable étant éteint. Ne pouvant entrer dans l'appartement, les proches ont donc contacté les pompiers qui sont entrés par le velux de l'appartement, situé au troisième et dernier étage d'un immeuble de la rue Merly, près de la basilique Saint-Sernin.

L'enquête a été confiée au Service régional de police judiciaire (SRPJ) sous la supervision du parquet. L'autopsie a permis de démentir que le corps été démembré comme l'indiquaient de premières informations.  "Le décès peut résulter d'une fracture du crâne", a indiqué le parquet.  Selon la presse, le meurtre pourrait être lié à une affaire de drogue. "C'est un peu tôt pour le dire", a commenté une source proche du dossier. Le Service régional de police judiciaire (SRPJ), en charge de l'enquête n'a dévoilé aucune information sur les derniers développements de l'enquête.


La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/