1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Tirs dans un Thalys : l'arsenal du suspect contenait également "une bouteille de 50 cl d'essence" et 270 munitions
2 min de lecture

Tirs dans un Thalys : l'arsenal du suspect contenait également "une bouteille de 50 cl d'essence" et 270 munitions

Suspecté de l'attaque du Thalys, Ayoub El Khazzani a été présenté au juge notamment pour tentatives d'assassinats à caractère terroriste.

Ayoub El Khazzani, l'auteur de l'attaque manquée dans un Thalys
Ayoub El Khazzani, l'auteur de l'attaque manquée dans un Thalys
Crédit : AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Il a beau nier la dimension terroriste de l'attaque du Thalys, les nouveaux faits révélés par le procureur de la République de Paris François Molins ce mardi 25 août ne jouent pas en la faveur d'Ayoub El Khazzani, présenté ce jour-même à un juge. À l'issue de quatre jours de garde à vue,il a estimé que les premières investigations avait permis d'établir que le "projet" du jeune assaillant de 25 ans "apparaît ciblé et prémédité".

"J'ai décidé ce jour d'ouvrir une information judiciaire des chefs de tentatives d'assassinats, le tout au pluriel, en relation avec une entreprise individuelle ou collective terroriste (...), détention, port et transport d'armes (...), participation à une association de malfaiteurs terroristes en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes d'atteinte aux personnes", a déclaré le magistrat, lors d'une déclaration à la presse. Le procureur a précisé avoir requis le placement en détention provisoire du suspect.

Un arsenal inquiétant

Maîtrisé par des passagers vendredi, alors qu'il sortait des toilettes du train armé d'un fusil d'assaut, l'homme a réfuté tout acte terroriste, selon son avocate, affirmant avoir voulu braquer les passagers. Des affirmations "fantaisistes" selon le procureur de Paris. Et pour preuve. Ayoub El Khazzani avait avec lui un fusil d'assaut AKM avec 270 munitions, un pistolet Luger et une "bouteille de 50 cl contenant de l'essence", selon François Molins, qui a souligné qu'il avait consulté dans le train, sur son téléphone, un site internet de prêches islamistes appelant au combat.

Les enquêteurs ont déterminé qu'Ayoub El Khazzani s'était rendu en Turquie et était revenu en Europe le 4 juin 2015 par un vol en provenance d'Antakya, une ville proche de la frontière syrienne, a affirmé le procureur de Paris. Ayoub El Khazzani, qui a "nié pendant sa garde à vue s'être rendu en Turquie", a reconnu avoir séjourné "cinq à sept mois" à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) en 2014, selon François Molins.

À lire aussi

Il travaillait à l'époque pour un opérateur de téléphonie mobile, Lycamobile. "Il a effectivement travaillé chez nous sur un CDD de trois mois: du 3 février 2014 jusqu'au 3 avril 2014 ", avait déclaré lundi son ex-employeur, précisant avoir mis fin à ce contrat "au bout de deux mois, car les papiers qu'il avait présentés ne lui permettaient pas de travailler en France".


La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/