1 min de lecture Justice

Tariq Ramadan : sa base de soutiens s'effrite après ses aveux

Depuis la remise aux enquêteurs d'une robe portant une tâche de sperme par une des accusatrices, Marie, l'islamologue a été contraint d'avouer une relation adultère avec la plaignante. De quoi perdre de nombreux soutiens musulmans.

L'islamologue Tariq Ramadan en mars 2016
L'islamologue Tariq Ramadan en mars 2016 Crédit : MEHDI FEDOUACH / AFP
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

Une pièce qui change tout. Jusqu'ici solidement défendu par ses soutiens, Tariq Ramadan a de moins en moins de défenseurs. Accusé de viols par quatre femmes, l'islamologue avait toujours nié toutes les versions des plaignantes. 

C'est alors que Marie, la troisième accusatrice, a apporté aux enquêteurs une robe tachée de sperme qu'elle dit appartenir à Tariq Ramadan. Avant même les résultats d'analyse, l'accusé a changé de ligne de défense et a reconnu avoir "entretenu" une relation avec elle. 

Assez pour que sa base de soutiens des milieux musulmans s'effrite. Depuis cet aveux, une cagnotte en ligne a été fermée, a remarqué une journaliste de France Info. Dans Libération le responsable du site Oumma.com, Saïd Branine, prévient : "Dans les milieux musulmans croyants, que Tariq Ramadan ait eu des relations extraconjugales est une chose considérée comme très grave, inacceptable".

Comme l'a encore remarqué Libération, Résistance et Alternative, "une association créée en janvier pour diffuser la pensée du prédicateur", a changé sa photo de bannière sur sa page Facebook. Un logo de l'association a remplacé une photo de Tariq Ramadan, qui a été totalement supprimée. 

À lire aussi
Patrick et Isabelle Balkany le 12 septembre 2015 affaire Balkany
Balkany : le couple rejugé en appel en février pour blanchiment de fraude fiscale

En attendant, l'accusé de 55 ans, atteint d'une sclérose en plaques, restera en prison malgré sa demande de remise en liberté évoquant son état de santé. "La prise en charge actuelle (...) n'est pas incompatible avec la détention. Toutefois les experts insistent sur le fait que Tariq Ramadan, s'il restait en détention, devra continuer à bénéficier de l'accès aux soins", ont conclut les médecins.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Viol Harcèlement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants