2 min de lecture Justice

"Sextape" de Valbuena : les méthodes d'enquête de la police jugées "conformes"

La Cour de cassation a tranché ce lundi 9 décembre sur la question de la validité de l'enquête sur le chantage à la sextape de Mathieu Valbuena, dans laquelle est mis en examen Karim Benzema.

Mathieu Valbuena et Karim Benzema le 10 juin 2014
Mathieu Valbuena et Karim Benzema le 10 juin 2014 Crédit : David Vincent/AP/SIPA
Noémie Grinberg et AFP

La décision était très attendue. La Cour de cassation a rejeté ce lundi 9 décembre, le pourvoi du footballeur Karim Benzema, qui contestait la loyauté de l'enquête dans l'affaire du chantage à la sextape de Mathieu Valbuena en 2015.

La Cour a estimé que les méthodes d'enquête employées dans ce dossier étaient conformes, ouvrant la voie à un éventuel procès en correctionnelle pour l'attaquant du Real Madrid et cinq autres personnes mises en examen avec lui, dont son ami d'enfance Karim Zenati et l'ancien footballeur Djibril Cissé. Karim Benzema et Karim Zenati estimaient que la police avait usé d'un stratagème déloyal pour monter le dossier. 

Tout commence en juin 2015, lorsque Mathieu Valbuena prévient les forces de l'ordre après avoir reçu un appel l'informant de l'existence d'une vidéo à caractère sexuel sur laquelle il est clairement identifiable. L'interlocuteur l’aurait menacé de rendre le document public.

Un agent de police va alors prendre les choses en main et se faire passer pour un négociateur missionné par Valbuena. Il n'aura de contacts qu'avec un certain Younes Houass, un intermédiaire gravitant dans le milieu du football.

La police n'a pas outrepassé son rôle

À lire aussi
Le centre-ville de Romans-sur-Isère après l'attaque, le samedi 4 avril 2020. Drôme
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : le suspect mis en examen

Le nom de Karim Benzema entrera dans le dossier quelques mois plus tard, en octobre, quand il évoquera l'existence de la vidéo avec Valbuena lors d'un rassemblement de l'équipe de France à Clairefontaine. Une simple conversation amicale, selon lui, pour prévenir son coéquipier d’une injonction à payer. 

En novembre 2015, Karim Benzema est mis en examen pour "complicité de tentative de chantage" sur son ancien coéquipier, en compagnie de cinq autres personnes. 

L'attaquant du Real Madrid reprochait au policier ayant agi sous couverture comme intermédiaire entre Mathieu Valbuena et les maîtres-chanteurs présumés d'avoir outrepassé son rôle en incitant les protagonistes de l'affaire à se rendre coupables de chantage. "Il va prendre la direction des échanges en relançant régulièrement ses contacts", affirmait Maître Fabrice Spinosi, avocat de Benzema. 

En juillet 2017, la Cour de cassation avait donné raison à Karim Benzema avant que la cour d'appel de Paris ne résiste, conduisant le joueur à se pourvoir à nouveau en cassation. Cette fois, la décision de la Cour de cassation n'est pas susceptible d'un nouveau recours. 

Depuis cette affaire, les deux joueurs n'ont plus jamais été sélectionnés en équipe de France.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Cour de cassation Affaire Valbuena
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants