2 min de lecture Société

Qui est Sonia Imloul, figure de la déradicalisation, jugée pour détournement ?

ÉCLAIRAGE - Cette responsable associative est jugée ce lundi 13 mars par le tribunal correctionnel de Paris pour détournement de fonds publics, blanchiment et travail dissimulé.

Sonia Imloul, figure de la déradicalisation, jugée pour détournement de fonds publics
Sonia Imloul, figure de la déradicalisation, jugée pour détournement de fonds publics Crédit : Capture d'écran / BFMTV
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Elle était présentée comme l'une des pionnières de la déradicalisation, domaine encore méconnu à l'époque. À l'automne 2014, Sonia Imloul décide pourtant de fonder la Maison de la Prévention et de la Famille, à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis. Cette maison est l'une des toutes premières structures à ouvrir alors que des dizaines de jeunes rejoignent la Syrie ou encore l'Irak. Face à cette situation, elle décide d'agir et d'offrir un soutien aux familles concernées tout en tentant de désendoctriner les jeunes en voie de radicalisation.

Mais alors, qui est  Sonia Imloul, un temps présentée par comme la responsable de l'unique cellule de déradicalisation ? En septembre dernier, L'Express évoquait une femme qui se présente à ses interlocuteurs "comme juriste, docteur en psychologie ou policière" en fonction des circonstances. Malgré le flou notable, la préfecture de police et les autorités sont dans un premier temps séduites par cette militante associative de Seine-Saint-Denis, "qui a fait ses première armes dans la prévention de la délinquance", relatait l'hebdomadaire.

Mais petit à petit, au gré des nombreux interviews accordés, Sonia Imloul en fait trop jusqu'à être jugée comme "encombrante" par sa propre équipe mais également par les autorités. Une attitude qui interpelle alors que les résultats, invérifiables, ne sont pas assez satisfaisants.

Ce que je peux reprocher c'est qu'on a fait croire qu'on savait comment faire... Ce qui n'était pas le cas

Julien Revial
Partager la citation

Un an après l'ouverture, la structure met la clé sous la porte lorsque les autorités lui retirent leur soutien. Il faut dire que le cadre annoncé pour faire face à ce nouveau fléau est loin d'être le même dans la réalité. Chiffres gonflés, effectifs réduits, personnel non compétent... À l'époque, le projet est encensé par le ministère de l'Intérieur alors que l'envers du décor est bien différent. "Lorsqu'on fait face à un fléau nouveau, il y a obligatoirement une période de tâtonnements", déplore Julien Revial, un ancien employé, auteur de Cellule de déradicalisation. Contacté par RTL, il argumente : "Moi ce que je peux reprocher c'est qu'on a fait croire qu'on savait comment faire, qu'on a fait croire que des structures bien préparées accompagnaient les familles... Ce qui n'était pas le cas". 

Près de 60.000 euros de subventions

À lire aussi
Des manifestants de la Manif pour Tous, en 2016 (illustration) PMA
Manifestation anti-PMA à Paris : le parcours du cortège

Où sont donc passées les subventions perçues ? Ce lundi 13 mars, Sonia Imloul est jugée pour détournement de fonds publics, blanchiment et travail dissimulé. Les autorités lui reprochent en effet d'avoir détourné des subventions, versées à hauteur de 60.000 euros, et d'avoir employé trois personnes dans sa structure sans leur verser de salaire, ni leur fournir de contrats de travail - l'une a finalement eu un contrat de travail antidaté et dit avoir perçu une somme d'argent.

Sur le banc des parties civiles, deux ex-employés ayant alerté les autorités sur les dysfonctionnements de la cellule seront présents. Une mère dont la fille était partie en Syrie et qui avait intégré l'association pour suivre les familles de jeunes ayant rejoint ce pays, et Julien Revial, simple étudiant à l'époque, aujourd'hui reconnu pour son livre dénonçant l'envers du décor de cette Maison de la Prévention et de la Famille.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Aulnay-sous-bois Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants