3 min de lecture Mohamed Merah

Procès Merah : la difficulté de témoigner des assassinats terroristes

INTERVIEW - Depuis une dizaine de jours, les témoins des crimes commis en 2012 par Mohamed Merah se relayent à la barre, revivant les traumatismes vécus cinq ans avant, pour le bien de la Justice.

La porte par laquelle passent les témoins de la cour d'assises de Paris
La porte par laquelle passent les témoins de la cour d'assises de Paris Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

"Cela m'est très difficile de venir témoigner aujourd'hui". C'est la gorge nouée que cette mère de famille est venue témoigner de ce qu'elle a vu, le 15 mars 2012, lorsque Mohamed Merah a tiré sur trois militaires parachutistes, Mohamed Legouad, 23 ans, Abel Chennouf, 25 ans, et Loïc Liber, 27 ans, à Montauban.

Il tue deux d'entre eux, le dernier est gravement blessé et aujourd'hui tétraplégique. Depuis le 2 octobre, c'est son frère Abdelkader Merah qui est jugé pour complicité d'assassinats terroristes et association de malfaiteurs en vue de la préparation d'un acte terroriste.

Plusieurs personnes viennent jour après jour revivre les atrocités auxquelles ils ont assisté cinq ans après le drame. Une situation difficile, convient Hélène Dubost, psychologue clinicienne et experte à la cour d'appel de Lyon, jointe par RTL.fr. "Ils ont été témoins de morts de personnes donc il y a forcément eu choc ou traumatisme, qui est difficile à verbaliser, qui plus est sur la scène d'un procès qui est engageante, solennelle, angoissante", explique-t-elle. 

Témoigner ravive le choc

Helène Dubost, psychologue clinicienne et experte à la cour d'appel de Lyon
Partager la citation

Le 11 octobre, ce sont des témoins de la tuerie de l'école juive qui sont venus à la barre. Le 19 mars 2017, Mohamed Merah abat Jonathan Sandler, 30 ans, puis ses enfants de 5 et 3 ans, Gabriel et Aryeh, ainsi que Myriam Monsonégo, 8 ans.

À lire aussi
François Hollande et Anne Hidalgo au Bataclan, le 13 novembre 2016. international
Antiterrorisme : qu'a fait la France ces dix dernières années en matière de sécurité ?

Dovan avait 15 ans en 2012 : "J’étais tétanisé, je ne savais pas quoi faire. Il (un de ses amis, ndlr) s’est mis à courir alors j’ai couru et j’ai réalisé qu’on avait laissé la petite devant. J’ai crié 'Myriam cours ! Cours !', elle a couru puis elle est retournée en arrière parce qu’elle avait fait tomber son cartable. J’ai vu Bryan tomber, Myriam tomber. Elle avait la tête face au bitume dans une mare de sang, je l’ai prise dans mes bras, j’ai retourné son visage". Dovan est venu témoigner avec un paquet de mouchoirs dans la main. Ses mots sont forts, précis et ne laissent pas tellement de place à l'imagination.

Bryan, qui a été blessé par le terroriste, n'a pas pu venir témoigner. "C’est impossible pour lui, c’est au-dessus de ses forces de se retrouver devant les complices de son agresseur", a expliqué son avocat. Le fait de venir en parler "fait remonter les scènes, les faits, ravive le choc, la souffrance de s'être retrouvé là", explique alors Helène Dubost, aussi membre du bureau national du syndicat des psychologues. 

Si on a pu élaborer, en parler, l'impact traumatique s'éloigne

Helène Dubost, psychologue clinicienne et experte à la cour d'appel de Lyon
Partager la citation

Elle ne pense toutefois pas que le traumatisme peut rester à vie même si "on n'oublie pas". "Si on a pu élaborer, en parler, l'impact traumatique s'éloigne", et le contexte du procès, justement, "peut aussi soulager" même si "c'est à la fois angoissant". "Tout dépend de ce que la personne a fait dans le temps de latence", poursuit-elle en précisant que si elle a parlé de son expérience, "le choc est apaisé". 

Mais il y a aussi le contexte-même du procès qui est particulier. "Lorsque c'est médiatisé, ça prend une autre ampleur" et dans ce cas précis "ravive la question de l'antisémitisme et des assassinats d'enfants". 

Mais la salle d'audience, c'est aussi l'occasion de croiser d'autres témoins qui ont eu la même expérience. C'est le cas de la mère de famille qui était présente lors du meurtre des militaires de Montauban. Lorsqu'elle a fini de témoigner, elle est allée retrouver une autre témoin qui s'était assise sur les bancs de la salle Voltaire. Elles ont fondu en larmes dans les bras l'une de l'autre. Une aide selon la psychologue : "On n'est plus seul". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mohamed Merah Procès Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants