1 min de lecture Justice

Pédopornographie : un médecin de Jonzac regardait les images pour "l'esthétisme"

Un anesthésiste comparaissait pour détention de fichiers pédopornographiques. Il n'a pas évoqué de regrets devant le juge, assurant ne rechercher que l'esthétisme dans les images en question.

>
Pédopornographie : un médecin de Jonzac regardait les images pour "l'esthétisme" Crédit Image : JACQUES DEMARTHON / AF | Crédit Média : Alice Moreno | Durée : | Date :
Alice Moreno
édité par Ryad Ouslimani

Jean-André Cuot était un collègue de Joël Le Scouarnec, médecin accusé de 350 viols sur des patients à Jonzac. Le premier comparaissait jeudi 9 juillet pour consultation d’images pédopornographiques. Une affaire dans l’affaire, pour laquelle l’anesthésiste a été condamné à un an de prison avec sursis. 

Mais ce qui retient l’attention, c'est que l'accusé n’a pas émis le moindre remord. Si le médecin mâche un peu ses mots à la barre, ses explications n’ont rien de celles d’un repenti. Il avait déjà indiqué en garde à vue qu’il regardait ces images comme on regarde une belle voiture ou un tableau. Il assure au juge qu’il ne recherchait que l’esthétisme dans les photos montrant des mineurs se faire violer. 

De plus, il explique que certaines étaient des "pop up", des fichiers qui se seraient affichés inopinément sur son écran. "Je ne cherchais pas en dessous de 14 ans", s’est-il défendu. Concernant le lien avec Joël Le Scouarnec, il assure qu’ils ne sont que professionnels. Son avocat a parlé d’un lynchage médiatique, qui lui a valu un licenciement. Pourtant, c'est bien la consultation de 15.000 fichiers pédopornographiques qui a motivé son procès. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Pédophilie Pornographie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants