1 min de lecture Armement

Paris : les policiers trouvent un arsenal sous son lit

Des policiers ont découvert des armes dans un appartement cossu parisien. Après une garde à vue, le propriétaire a été libéré sous contrôle judiciaire.

Un fusil d'assaut Kalachnikov AK-47 (Illustration)
Un fusil d'assaut Kalachnikov AK-47 (Illustration) Crédit : BORIS HORVAT / AFP
IMG_0047
Nicolas Scheffer

Un véritable arsenal de guerre : une kalachnikov munie de deux chargeurs, des cartouches de calibre 7.62, un pistolet automatique, un fusil à pompe dont les numéros ont été limés... Le tout a été retrouvé caché sous le lit dans un appartement du XVIe arrondissement parisien.

C'est une dispute qui a mené les policiers à cette découverte, selon une information du Parisien confirmée par RTL.fr. Lundi 27 mars, un homme, appelé R, s'énerve contre un livreur en mobylette dans un quartier cossu. Le ton monte et R sort une arme de poing avant de menacer le livreur qui parvient à s'échapper et à déposer plainte au commissariat. 

Les forces de l'ordre connaissaient déjà R. La veille, il les avait doublées par la droite dans une camionnette qui contenait 4.000 masques FFP2 pour approvisionner son entreprise. Une fois la plainte du livreur déposée, la police judiciaire organise une perquisition et découvre l'arsenal.

Un frère lié au grand banditisme

R, âgé de 33 ans, est cadre supérieur mais son passé est trouble : toujours selon le quotidien régional, il est fiché dans une affaire d'escroquerie, son frère est lié au grand banditisme et séjourne en prison pour braquages et séquestrations. Les deux hommes ont grandi dans une cité de Meaux. 

À lire aussi
faits divers
Paris : des propos homophobes lors d'un contrôle de police, l'IGPN saisie

Son avocat souligne auprès de RTL.fr que son casier judiciaire est vide et que son client est bien inséré dans la société "il est diplômé d'une école de commerce, de SciencesPo et il gagne bien sa vie".

Auprès des enquêteurs, R aurait expliqué qu'il cachait ces armes parce qu'il se sentait menacé par des individus de Meaux, certainement liés à son frère. Une information judiciaire a été ouverte et il a été déferré devant le palais de Justice de Paris.

Mais R ne dormira pas en prison. D'après le journal, les magistrats ont libéré et placé sous contrôle judiciaire l'homme en attendant son procès. Son avocat considère qu'une "première détention aurait été injuste, particulièrement dans ce contexte de crise sanitaire dans les prisons". Malgré tout, l'enquête se poursuit. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Armement Armes Paris
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants