2 min de lecture Faits divers

Orvault : la ferme sinistre où le meurtrier s'est débarrassé des corps des Troadec

L'ex beau-frère, qui a avoué le quadruple meurtre, s'est réfugié dans une ferme perdue dans le Finistère où il a rejoué une scène de film d'horreur.

La ferme d'Hubert Caouissin à Pont-de-Buis dans le Finistère.
La ferme d'Hubert Caouissin à Pont-de-Buis dans le Finistère. Crédit : FRED TANNEAU / AFP
François Quivoron
François Quivoron

Les circonstances de l'assassinat des quatre membres de la famille Troadec s'éclaircissent après les aveux de l'ex beau-frère, mis en examen et incarcéré à Nantes lundi 6 mars. Selon les premiers éléments dévoilés par le procureur Pierre Sennès, le meurtrier présumé a tué Pascal Troadec, sa femme Brigitte et leurs deux enfants à Orvault, dans la nuit du 16 au 17 février dernier. Avant de transporter les corps à 250 kilomètres de là, dans le Finistère, jusqu'à une petite ferme située sur la commune de Pont-de-Buis.

Hubert Caouissin, l'ex beau-frère, avait acheté cette maison il y a deux ans pour 220.000 euros, explique ainsi Le Parisien. La ferme, décrépie et sinistre, est posée au fond d'un vallon, au bord de l'Aulne, à l'abri de la route et des regards. C'est là que le meurtrier s'est débarrassé des corps. Les quatre cadavres ont été éviscérés et démembrés à l'aide de tenailles à métaux et d'une hache, avant d'être brûlés "méthodiquement". Hubert Caouissin a aussi éparpillé certaines parties des corps dans les bois aux alentours et broyé des ossements avant de les disperser dans la basse-cour.

La zone de la ferme bouclée par les enquêteurs

C'est dans cette ferme, le lendemain du quadruple meurtre, que l'ex beau-frère avoue les faits à Lydie Troadec, la soeur de Pascal. Le soir même, le couple revient à Orvault pour nettoyer la maison et tout faire disparaître. Une version démentie par Lydie Troadec au cours de sa garde à vue. Le 18 février dans la soirée, Hubert Caouissin charge les corps dans la voiture du fils, Sébastien Troadec, pour les transporter jusqu'à sa ferme de Pont-de-Buis. Après cette scène d'horreur, il dépose le véhicule près du port de Saint-Nazaire. "Une sorte de diversion pour orienter les fouilles", a précisé le procureur.

À Pont-de-Buis, les voisins sont sous le choc après ces révélations sur les agissements macabres d'Hubert Caouissin. "Il n'était pas très sociable et ne parlait pas. Jamais il ne s'est présenté à nous lorsqu'il est arrivé. On ne savait pas ce qu'il faisait", a confié une voisine dans Le Parisien. La zone de la ferme est bouclée pour les besoins de l'enquête. Des prélèvements, effectués dans le foyer de la grande cheminée qui trône au milieu de la maison, donneront peut-être des indices supplémentaires. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Finistère Meurtres
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants