1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Nouvelle-Calédonie : une jeune femme décède sous les coups de son compagnon
1 min de lecture

Nouvelle-Calédonie : une jeune femme décède sous les coups de son compagnon

Placé en garde à vue, le concubin de la victime a reconnu "avoir porté une gifle ainsi qu'un coup de poing sur la joue droite tandis que sa compagne le griffait", selon le procureur de la République.

Voiture de police (illustration)
Voiture de police (illustration)
Crédit : AFP / PHILIPPE HUGUEN
Léa Stassinet & AFP

C'est le deuxième féminicide en moins d'un mois dans l'archipel. Le 30 juillet, une mère de famille âgée de 33 ans a été battue à mort par son compagnon. Les faits se sont déroulés dans la tribu kanak de Ny à Bourail, à 180 kilomètres au nord de Nouméa. 

Selon les premiers éléments communiqués par le procureur de la République Yves Dupas, le couple, parent de deux enfants de 2 et 8 ans, avait consommé plusieurs bouteilles d'alcool et s'est disputé au cours de la soirée, au point qu'une cousine serait intervenue pour apaiser la situation. Durant cette soirée, aucun témoin n'a cependant déclaré "avoir constaté des lésions de violence sur la victime".

Ce n'est que le lendemain matin que ses proches ont découvert son corps "inanimé dans son lit" et ont appelé les secours, précise le procureur de la République. Ces derniers ont tenté de la réanimer à plusieurs reprises, sans succès. 

De nombreuses traces de coup

Des examens réalisés post-mortem ont révélé de nombreuses traces de coups, dont "un oedème cérébral associé à une hémorragie intra-cranienne aigue, un pneumothorax ainsi qu'une lésion thoracique", indique le parquet. Une autopsie est prévue dans les prochains jours pour préciser les causes de la mort. 

À lire aussi

Le compagnon de la victime, auteur présumé des faits, a reconnu durant sa garde à vue "avoir porté une gifle ainsi qu'un coup de poing sur la joue droite tandis que sa compagne le griffait", a-t-on indiqué de même source. L'homme de 32 ans a été mis en examen du chef d'homicide volontaire par concubin et placé sous contrôle judiciaire. Le parquet se réserve la possibilité de faire appel de cette décision, a indiqué Yves Dupas. 

Les féminicides sont un fléau et une source d'inquiétude en Nouvelle-Calédonie, où un détenu sur cinq est en prison pour violences conjugales. Mi-juillet à Nouméa, une mère de famille de 35 ans avait été tuée par son compagnon.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/