1 min de lecture Environnement

Notre-Dame-Des-Landes : une évacuation d'un squat sur la ZAD

Ce jeudi 16 juillet, plusieurs centaines de gendarmes sont en opération pour faire évacuer les squats illégaux de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Face-à-face entre les forces de l'ordre et les zadistes à Notre-Dame-des-landes, le 15 avril 2018
Face-à-face entre les forces de l'ordre et les zadistes à Notre-Dame-des-landes, le 15 avril 2018 Crédit : AFP / Damien MEYER
Victor
Victor Goury-Laffont Journaliste

Plus de deux ans après l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la ZAD demeure. Les forces de l'ordre tentent, depuis la matinée du jeudi 16 juillet, d'y faire évacuer des squats illégalement installés, explique la préfecture de Loire-Atlantique.

La gendarmerie cherchent à "mettre en oeuvre deux décisions de justices relative à l'expulsion et la déconstruction de deux occupations qui avaient été récemment constatées." La route départementale 281, qui traverse la zone à défendre la plus connue de France, surnommée la "route des chicanes" et théâtre de plusieurs affrontements entre forces de l'ordre et zadistesOuest-France rajoute que des engins de chantier sont employés depuis le début de la journée.

En 2018, une immense opération avec 1.800 gendarmes avait mené à l'évacuation agitée d'une grande partie de la ZAD. Depuis, la situation s'était pacifiée. Des agriculteurs locaux et anciens zadistes ont signé des baux ruraux sur les terres concernées, et des permis de construire ont été déposés, mais les occupations en cours d'évacuation "n'ont pas de lien avec les projets soutenus dans le cadre de ce projet de territoire."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Notre-Dame-des-Landes Gendarmerie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants