1 min de lecture Faits divers

Nice : deux infirmières blessées par le stylo-pistolet d'un patient

Alors qu'elle s'occupait des affaires d'un patient au CHU de Nice, une infirmière a manipulé un stylo-pistolet. Elle a accidentellement tiré sur une de ses collègues, et a aussi été blessée.

L’infirmière a tiré sans le vouloir alors qu’elle manipulait l’arme miniature dans le cadre d’un inventaire.
L’infirmière a tiré sans le vouloir alors qu’elle manipulait l’arme miniature dans le cadre d’un inventaire. Crédit : SVEN HOPPE / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP
Charline Vergne et AFP

Les faits se sont produits ce lundi 22 février, à Nice. Aux alentours de 20h30, un homme est déposé à l'hôpital, gravement blessé par balles

Deux heures plus tard, au moment de rassembler ses affaires, une infirmière manipule un drôle d'objet cylindrique. Celui-ci évoque un stylo ou une lampe de poche, comme l'ont indiqué des sources policière et judiciaire à l'AFP. 

L'infirmière va accidentellement activer le cliquet de l'arme. Aussitôt, un coup part, la blessant, ainsi qu'une autre infirmière qui se trouvait dans sa ligne de tir. Toujours selon les mêmes sources, les jours des deux blessées ne seraient pas en danger. Toutefois, une troisième personne présente sur place souffrirait d'acouphènes.

Deux enquêtes ont été ouvertes, pour tentative d'homicide volontaire et infraction à la législation sur les armes. Toutes deux ont confiées à la police judiciaire, et non à la sûreté départementale, comme l'a assuré le parquet de Nice à l'AFP.

À lire aussi
vaccin
Coronavirus : "On ne vaccine pas pour faire plaisir au gouvernement", soutient Martin Hirsch

Ces armes à feu, facilement transportables et compliquées à détecter, peuvent être prises pour des stylos ordinaires. Dans un courrier adressé au directeur général du CHU de Nice, le syndicat Force ouvrière a demandé l'augmentation des effectifs, un renforcement des mesures à l'arrivée des patients et la mise en place immédiate d'une cellule d'aide psychologique pour le personnel des urgences. La période est "anxiogène" aux urgences, "en tension ++", détaillent-ils, car de nombreux patients ne peuvent pas être transférés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Nice Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants