2 min de lecture Faits divers

Nice : après un contrôle de la prostate, il se fait amputer des jambes et des doigts

VU DANS LA PRESSE - Sassi Ayeb aurait attrapé une bactérie lors d'un contrôle à la clinique Saint-Antoine, à Nice. Il a depuis perdu ses jambes et ses doigts d’une maladie nosocomiale.

Vue de la clinique Saint-Antoine, à Nice
Vue de la clinique Saint-Antoine, à Nice Crédit : Capture d'écran / Google Maps
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

L'histoire est à peine croyable. À Nice, un homme qui se présentait à la clinique Saint-Antoine pour un simple contrôle de la prostate, en novembre 2016, a finalement été amputé des jambes et des doigts en juillet 2017. Dans les colonnes de Nice Matin, Sassi Ayeb, raconte le calvaire qu'il a vécu.

Trois jours après le premier examen, ce dernier est alors victime d'une forte fièvre et se fait hospitaliser à l'Archet 2, dans les hauteurs de la ville azuréenne, au début du mois de décembre. Là, le constat est alors implacable. Les médecins découvrent qu'il est porteur de la bactérie klebsiella pneumoniae, à l’origine de maladies nosocomiales.

Sept mois plus tard, Sassi Ayeb est contraint de se faire amputer des jambes et des doigts. "Chaque minute, chaque seconde, je sens mes pieds comme s’ils étaient toujours là et puis je me souviens que je ne les ai plus. Je ne dors plus, je ne respire presque plus…", explique-t-il au quotidien régional. 

Un versement de 57.000 euros

Plus de deux ans après le début de l'affaire, celle-ci est loin d'être réglée alors que Sassi Ayeb est aujourd'hui sans ressource. En octobre 2018, son avocat, Me Pierre Chami, a assigné en référé la clinique Saint-Antoine devant le tribunal de grande instance de Nice.

À lire aussi
La cour d'assises du Haut-Rhin à Colmar faits divers
Colmar : placé en détention provisoire, il s'évade par la fenêtre du tribunal

Une assignation synonyme de première victoire. L’établissement de soins a été condamné à verser 57.000 euros à Sassi Ayeb. "Cette ordonnance doit être exécutée immédiatement (...) La clinique Saint-Antoine traîne des pieds pour payer. Tout le monde se renvoie la balle (...) On se joue de nous, c'est inhumain", déplore dorénavant le magistrat à Nice Matin.


De son côté, si l'établissement n'a toujours pas versé l'argent, celui-ci assure que le virement sera fait dans les prochains jours. "Nous sommes touchés par la situation dramatique (...) Cette somme est sur le point de lui être réglée, bien évidemment. Nous ne faisons rien pour retarder le processus", explique la direction de la clinique, tout en remettant en cause sa responsabilité dans cette affaire. Le fond doit encore être jugé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Alpes-Maritimes Nice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants