1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Nantes : nouvelle nuit de tensions, la voiture de la maire brûlée
2 min de lecture

Nantes : nouvelle nuit de tensions, la voiture de la maire brûlée

Troisième nuit tendue à Nantes après la mort d'un jeune homme lors d'un contrôle de police. Une cinquantaine de véhicules et des bâtiments ont été incendiés. Quatre personnes ont été interpellées.

Une voiture incendiée à Nantes le 6 juillet 2018
Une voiture incendiée à Nantes le 6 juillet 2018
Crédit : SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA
Nantes : nouvelle nuit de tensions, un lycée et une station service visés
00:01:08
Olivier Boy & Thibaut Deleaz

Nouvelle nuit de violences à Nantes (Loire-Atlantique), entre jeudi 5 et vendredi 6 juillet. Une cinquantaine de voitures ont été incendiées, dont celle de la maire de la ville, Johanna Rolland. Des jeunes ont tenté de mettre le feu à une station service, à un lycée professionnel et à une école : 8 bâtiments ont été dégradés au total.

Quatre personnes ont été interpellées et placées en garde à vue, dont un mineur de 14 ans. Il était en possession d'un bidon d'essence et de mèches selon la police. Des nouvelles manifestations de colère, 72 heures après la mort d'un jeune homme qui tentait d'échapper à un contrôle routier.

Les proches d'Aboubakar, qui appellent au calme, avaient organisé une marche blanche jeudi soir. Un millier de personnes se sont rassemblées pour marcher dans les rues de Nantes, en partant de la rue des Plantes où la police a tiré sur le jeune homme.

Garde à vue pour le policier qui a tiré

Le CRS qui a utilisé son arme lors du contrôle routier a été placé en garde à vue, une procédure habituelle. Les enquêteurs veulent vérifier sa version des faits. Il explique avoir tiré parce que le jeune homme avait déjà, selon lui, manqué de renverser des enfants et continuait d'avoir une conduite dangereuse pouvant blesser quelqu'un.

À lire aussi

Depuis l'évolution de la loi l'an dernier, c'est en théorie un cas de figure où le policier a le droit d'utiliser son arme de service. Mais l'enjeu de cette enquête, c'est de savoir si cette version est contredite par des témoignages ou des vidéos, de savoir s'il y avait bien un danger immédiat nécessitant un tir du CRS. En attendant, le policier mis en cause est toujours en garde à vue ce vendredi matin dans les locaux de l'IGPN. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.