1 min de lecture Faits divers

Mort de Loan : marche blanche dans la Creuse

Près de 500 personnes ont participé à une marche blanche dans un petit village de la Creuse en hommage du petit Loan, bébé de quatre mois.

Marche blanche pour le petit Loan, mort sous les coups de ses parents, le 7 septembre 2014, à Lavaiex-les-Mines
Marche blanche pour le petit Loan, mort sous les coups de ses parents, le 7 septembre 2014, à Lavaiex-les-Mines Crédit : THIERRY ZOCCOLAN / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Une "marche blanche" en souvenir du petit Loan, bébé de quatre mois tué par les coups de son père et retrouvé enterré près d'un étang, a eu lieu dimanche 7 septembre en Creuse, réunissant plus de 500 personnes dans le village où résidait la famille.

Organisée par une mère de famille de Lavaveix-les-Mines, Angèle Romanet, qui s'est dite "touchée" par le sort d'un enfant de sa commune, la marche s'est élancée vers 15H00 de la mairie, les participants, pour la plupart habillés de blanc, tenant des roses ou des fleurs à la main. Des élus et des membres de la famille de la mère du petit Loan étaient présents dans le cortège.

Un poupon en plastique

L'enfant avait été retrouvé enterré dans un sac plastique près d'un étang. Âgés respectivement de 31 ans et 24 ans, le père et la mère, une famille en difficulté suivie par les services sociaux, avaient voulu faire croire à un enlèvement avant de passer aux aveux, reconnaissant des "violences" sur le petit Loan.

Le père a été mis en examen au Pôle criminel de Limoges pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner" avec les circonstances aggravantes que ces "violences ont été commises sur mineur et par un ascendant ayant autorité".

À lire aussi
faits divers
Agression de Yuriy : le jeune homme avait un tournevis sur lui le soir du drame

Au cours de son audition, le père a assumé la responsabilité du drame et mis sa compagne hors de cause pour les violences. La mère a été mise en examen pour "non-assistance à personne en danger, recel de cadavre, et dénonciation de crime et délit imaginaire", ce dernier chef en raison de sa "participation active" à l'élaboration du scénario d'enlèvement destiné à tromper les enquêteurs. Ils ont tous deux été placés en détention provisoire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Creuse
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants