1 min de lecture Jacques Servier

Mort de Jacques Servier : "La justice ne s'arrête pas", rappelle Irène Frachon

Irène Frachon, qui avait lancé l'alerte sur le Mediator, a souligné que la mort de Jacques Servier n'interrompait pas le processus de la justice.

La pneumologue Irène Frachon, le 16 mai 2013 au CHU de Brest.
La pneumologue Irène Frachon, le 16 mai 2013 au CHU de Brest. Crédit : AFP PHOTO FRED TANNEAU
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le processus de justice ne s'arrêtera pas avec la mort de Jacques Servier, président et fondateur du groupe pharmaceutique français Servier, a déclaré Irène Frachon, la pneumologue brestoise à l'origine de la révélation du scandale du Mediator.

Son décès, "on l'attendait de façon imminente, on savait qu'il était malade", a-t-elle déclaré. "Cette mort était attendue avec une certaine appréhension de la part de ses victimes qui peuvent craindre que le processus de la justice s'arrêtera avec sa mort. Ce n'est pas le cas", a insisté Irène Frachon, auprès de l'AFP.

Les laboratoires devront répondre devant la justice

"Si la personne a disparu, le nom de Jacques Servier et ses collaborateurs auront à répondre des crimes devant la justice", a-t-elle dit. "Les victimes doivent le savoir, la justice ne s'arrête pas avec sa mort". Et de poursuivre : "On attend de l'instruction la vérité et la justice".

Au-delà de la mort du fondateur du groupe, "il reste à écrire la vraie histoire des laboratoires Servier, une entreprise liée à la personnalité de Jacques Servier marquée du sceau de l'influence, du secret, du complot, de la mégalomanie", a-t-elle jugé. "C'était un manipulateur, un escroc".

Jacques Servier était un manipulateur, un escroc

Irène Frachon
Partager la citation
À lire aussi
La pneumologue Irène Frachon, le 16 mai 2013 au CHU de Brest. Mediator
Mediator : "Un jugement exemplaire sera vital pour les victimes", dit Irène Frachon

Irène Frachon est revenue sur le scandale du Mediator, estimant que c'était "le révélateur d'une criminalité industrielle dont on peut retrouver la trace dans les années 70". "Le scandale du Mediator a révélé une culture de pharmaco-délinquance de l'entreprise Servier", a-t-elle conclu.

Irène Frachon a enquêté pendant plusieurs années, avec le soutien de ses collègues du service de cardiologie du CHU de Brest, sur le rôle du Mediator. C'est elle qui avait relevé les importants dysfonctionnements cardiaques qu'il provoquait chez certains patients.

>
Médiator : "Les victimes attendent toujours que justice soit faite" Crédit Média : Philippe Corbe | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jacques Servier Mediator Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants