2 min de lecture Justice

Metz : une femme de nouveau acquittée pour un triple infanticide

Karine Hatterer, mère de cinq enfants a été jugée en appel par la cour d'assises de Metz en Moselle, pour trois infanticides commis entre 2000 et 2008. La femme de 46 ans a une nouvelle fois été acquittée ce mercredi 11 mars.

Cour d'assises de Moselle à Metz
Cour d'assises de Moselle à Metz Crédit : Google Maps
Marie Gingault et AFP

Karine Hatterer, une mère de cinq enfant a été jugée en appel par la cour d'assises de Metz pour trois infanticides, survenus entre 2000 et 2008. Préalablement jugée par la cour d'assises de Meurthe-et-Moselle en mai 2018, la quadragénaire a de nouveau été acquittée, a révélé son avocate ce mercredi 11 mars. 

La mère de famille avait affirmé avoir découvert tardivement ses grossesses et avoir accouché seule à trois reprises, dans un garage, un terrain vague puis dans les toilettes. La prévenue avait déclaré que les enfants qu'elle venait de mettre au monde était morts-nés. L'examen des dépouilles des nouveaux-nés, n'a pas permis de déterminer s'ils étaient vivants ou morts lors de l'accouchement. 


"Je ne les ai pas tués. Je les ai pris contre moi", a répété au cours de son procès Karine Hatteter, reconnaissant néanmoins ne pas avoir apporté de soins à ses bébés. De son côté, son avocate Virginie Weber a souligné qu'"à aucun moment elle n'a eu de geste homicide, à aucun moment elle n'a abandonné ses bébés", plaidant l'acquittement à l'égard au manque de preuves.
L'avocate générale Clara Ziegler a requis contre l'accusée "cinq ans de prison dont trois pourraient être assortis d'un sursis" ainsi qu'un suivi socio-judiciaire "pendant au moins dix ans", jugeant que "c'est toujours elle qui décide" de donner la vie ou la mort. 

Les corps retrouvés dans le congélateur, le panier à linge et les combles

Un expert psychiatrique avait repoussé l'hypothèse du déni de grossesse, qui a également été écarté par la cour dans son verdict. Clara Ziegler a demandé la requalification des faits de meurtres en "privatisations de soins ayant entraîné la mort" pour les deux nourrissons nés en 2007 et 2008. Les causes du décès n'avaient pu être établies en raison de l'état de décomposition avancée des corps. 

À lire aussi
Le siège de la DGSE, à Paris (illustration) justice
Deux ex-agents secrets français soupçonnés de trahison en faveur de la Chine

La magistrate avait requis l’acquittement pour la mort du troisième bébé, né en 2000 et décédé d'une détresse respiratoire aiguë liée à l'inhalation du liquide amniotique. Son corps avait été retrouvé putréfié dans les combles de la maison, sous les indications de la mère de famille, qui est décrite de mère aimante et attentive par son entourage.

Les deux autres cadavres avaient été découverts, l'un dans un congélateur en 2007, et l'autre dans un panier à linge en 2009. C'est le compagnon de Karine Hatteter, dont elle est séparé désormais, qui avait trouvé les dépouilles à leur domicile de Foug et Ecrouves (Meurthe-et-Moselle). 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Faits divers Infanticide
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants