1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Marseille : "À ma gauche, j'ai entendu une femme hurler", raconte une témoin
2 min de lecture

Marseille : "À ma gauche, j'ai entendu une femme hurler", raconte une témoin

RÉCIT - Une attaque au couteau à la gare de Marseille Saint-Charles a fait deux victimes, deux cousines âgées de 20 et 21 ans.

Des voitures de police à l'entrée de la gare Saint-Charles (Marseille) dimanche 1er octobre.
Des voitures de police à l'entrée de la gare Saint-Charles (Marseille) dimanche 1er octobre.
Crédit : Claude Paris/AP/SIPA
Marseille : "À ma gauche, j'ai entendu une femme hurler", raconte Évelyne
00:28
Marseille : "On l'a vu débouler sur la fille en criant 'Allahou Akbar'", raconte Dominique
00:22
Claire Gaveau
Claire Gaveau

La France une nouvelle fois en deuil. Cette fois, c'est à Marseille que l'horreur a frappé, dimanche 1er octobre. Il est un peu plus de 13h30, il fait grand soleil et beaucoup de monde se presse sur le parvis de la gare Saint-Charles, en haut des grands escaliers.

Mais la tranquillité de ce premier dimanche d'octobre vire rapidement au cauchemar quand un homme d'une trentaine d'années sort un long couteau de sa manche. "Avec mes voisins, on se méfiait un petit peu, car on trouvait qu'il y avait un gars qui avait l'air un peu louche. On avait l'impression qu'il avait un couteau dans la manche. Il avait quelque chose dans sa manche en tout cas. Trente secondes après, on l'a vu débouler sur la fille de dos, la poignarder dans le cou en criant 'Allahou Akbar'", raconte Dominique au micro de RTL.

Tout à coup, sur le banc à ma gauche, j'ai entendu une femme hurler

Évelyne, une témoin de la scène

"J'étais sortie prendre ma salade de fruits car il faisait beau. J'allais m’asseoir sur un banc mais une femme s'est assise avant moi. Je me suis dit que ce n'était pas la peine d'être serrée comme des sardines (...) donc je fais trente mètres de plus. Et tout à coup, sur le banc à ma gauche, j'ai entendu une femme hurler, un homme hurler quelque chose et j'ai compris après que c'était Allahou Akbar", raconte Évelyne, une autre témoin de la scène, sur RTL.

Si elle pense en premier lieu a une querelle familiale, il n'en est rien. Une première femme s'effondre au sol en se tenant le visage. Étrangement, l'homme se précipite vers le bord de l'esplanade, fait volte-face, revient en courant et s'en prend à une seconde jeune femme. Il lui assène alors plusieurs coups de couteau.

L'assaillant tué par des militaires

À lire aussi

Un homme, présent sur les lieux, tente d'intervenir en le frappant avec sa béquille. En vain. L'assaillant se relève, fait demi-tour mais tombe alors sur une patrouille de l'opération Sentinelle. Les cinq militaires font alors deux pas en arrière et encercle le suspect d'une trentaine d'années. Les sommations sont lancées mais l'auteur de l'attaque ne s'arrête pas. Un militaire de 25 ans, un jeune réserviste, épaule son Famas et tire à deux reprises, stoppant ainsi la course folle de l'assaillant.

Dans la foulée, les forces de l'ordre débarquent en nombre sur le parvis de la gare Saint-Charles. Les passagers et le personnel sont immédiatement invités à évacuer l'esplanade alors que le trafic des trains est interrompu pendant près de quatre heures.

À 18 heures, Emmanuel Macron prend la parole pour dénoncer un "acte barbare". "Profondément indigné par cet acte barbare, en peine avec les familles et les proches des victimes de Marseille. Je salue les militaires de Sentinelle et les policiers qui ont réagi avec sang froid et efficacité", écrit-il sur Twitter, avant que Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, ne s'exprime brièvement depuis Marseille. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/