1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Maine-et-Loire : un ancien terroriste encombrant
2 min de lecture

Maine-et-Loire : un ancien terroriste encombrant

L'assignation à résidence d'un ex-membre du GIA algérien fait grincer des dents dans la petite ville de Beaupréau. La mairie en appelle au ministère de l'Intérieur.

Le couloir d'une prison (illustration)
Le couloir d'une prison (illustration)
Crédit : RICHARD BOUHET / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

La mairie se défend de tout racisme. Mais les élus de Beaupréau (Maine-et-Loire) demandent le départ d'un ancien condamné, dans une affaire de terrorisme, demeurant dans leur commune. La mairie ne souhaite plus la poursuite de l’assignation à résidence de cet ancien membre du Groupe islamique armé algérien (GIA), cloîtré depuis six mois dans un hôtel de la ville. 

Le maire Gérard Chevalier vient d'ailleurs d’écrire en ce sens au ministère de l’Intérieur, révèle-t-il ce samedi 23 mai. "Nous n’avons pas de remarque à faire sur le comportement de cet homme, ni d’avis à émettre sur les raisons qui l’ont conduit ici. Mais depuis les événements de Charlie Hebdo, sa présence suscite de l’émoi voire de l’indignation et nous estimons qu’après six mois, il est temps de passer le relais", explique l'élu à l’AFP.

Arrivé dans la commune en toute discrétion

Ex-membre du GIA, Merouane Benahmed a été condamné à mort par contumace dans son pays, l'Algérie, qu’il a fui en 1999. Il a été condamné à dix ans de prison en France, dans le cadre de l’affaire dite des filières tchéchènes, soupçonnées de projeter des attentats à Paris. Libéré en 2011, il vit depuis quatre ans sous le régime de l’assignation à résidence, la Cour européenne des droits de l’homme ayant refusé son extradition vers l'Algérie. 

Nous avons été prévenus la veille de son arrivée.

Gérard Chevalier, maire de Beaupréau

Son arrivée à Beaupréau, une ville de quelque 7.000 habitants, s’est faite en toute discrétion en novembre dernier, avant d’être révélée par la presse locale. "Nous avons été prévenus la veille de son arrivée, mais ce n’est pas le problème. Depuis, le ministère de l’Intérieur n’a pas répondu à nos courriers et notre souci, c’est qu’ils comprennent que les élus locaux doivent aussi être respectés", indique Gérard Chevalier.

Aucune réponse du ministère de l'Intérieur

À lire aussi

Selon le maire de Beaupréau, l’acceptation par la population de la présence de Merouane Benahmed a atteint ses limites à la suite des attentats de janvier. "C’est quelqu’un qui est visible, qui pointe quatre fois par jour à pied à la gendarmerie et bénéficie des services locaux. Les gens en parlent et ne comprennent pas la situation", explique le maire. En janvier dernier, la municipalité avait écrit un premier courrier au ministère de l’Intérieur pour faire part de ses inquiétudes, sans retour de sa part. Le 13 avril, elle lui a réécrit en demandant officiellement "à passer le relais".

Cette démarche scandalise l'avocate de Merouane Benahmed Me Isabelle Coutant-Peyre. "C'est honteux. La France se comporte très mal à l'égard des Algériens. Mon client est persécuté", juge-t-elle dans Ouest-France. Le quotidien breton précise que cette magistrate, spécialisée dans les affaires de terrorisme, a défendu puis épousé "l'ennemi public numéro 1" Carlos et assisté le père de Mohamed Merah

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/