2 min de lecture Attentat

Magnanville : Larossi Abballa, "un petit jeune de quartier qui ne pensait qu'à s'amuser", selon son ex-compagne

L'ex-compagne de l'auteur du double assassinat de policiers de Magnanville (Yvelines) lundi 13 juin livre le portrait d'un homme "proche de Dieu " mais "normal".

Larossi Abballa, sur une photo tirée de son profil Facebook
Larossi Abballa, sur une photo tirée de son profil Facebook Crédit : AFP
Anne-Laure Poisson
Anne-Laure Poisson

Lundi 13 juin, Larossi Abballa assassinait un couple de policiers à Magnanville, dans les Yvelines. Retranché au domicile de ses victimes, il a été abattu lors de l’assaut du Raid, tandis que le fils du couple était retrouvé indemne. Un nouveau témoignage vient aujourd'hui éclairer la personnalité du tueur de 25 ans : celui de son ex-compagne. La jeune femme qui a souhaité rester anonyme se livre ce mercredi 15 juin. Elle se présente comme la première et la dernière petite amie de Larossi Abballa. 

Malgré leur séparation, elle affirme être restée proche de lui. Ils avaient continué à échanger des messages. Celle qui est aujourd'hui agent administratif dans une collectivité des Yvelines raconte qu'ils s'étaient rencontrés dans la cité des Musiciens, aux Mureaux, et s'étaient fréquentés pendant cinq ans. Elle le décrit à l'époque comme "un petit jeune de quartier qui pensait à s'amuser, à faire la fête. Il aimait toujours être bien habillé (...) Il aimait bien son côté beau gosse".

À la suite de leur séparation, elle décrit un changement "dans le bon sens". Elle explique : "Il s'est rapproché de Dieu, il a voulu faire ses prières correctement." Mais elle assure ne pas avoir trouvé ça "alarmant, à aucun moment je ne l'ai senti se radicaliser. À aucun moment, il ne m'a jugée, ni n'a arrêté de parler avec moi parce que je n'étais pas voilée ou parce que j'avais un jean troué ou un cuir..."

Après moi il y a eu la religion

l'ex-compagne de Larossi Abballa
Partager la citation

Mais à sa sortie de prison en septembre 2013, elle trouve le jeune homme différent : "Il s'était beaucoup isolé, il préférait prendre ses distances et il avait changé d'amis", explique-t-elle à France Info. Ces derniers mois, ils avaient évoqué ensemble les attentats du 13 novembre. Elle rapporte les propos que tient alors Larossi Abballa : "Tu as vu comment les médias parlent de notre religion ? Ce ne sont pas de vrais musulmans qui ont fait ça..." Larossi Abballa avait effectué récemment un voyage à La Mecque avec plusieurs de ses amis.

À lire aussi
Un surveillant pénitentiaire dans une prison (illustration). procès
Attentat à la prison d'Osny : le détenu Bilal Taghi condamné à 28 ans de réclusion

Il se savait sur écoute et fiché S depuis sa condamnation. Une situation qui le faisait rire. "Je lui disais ça te fait pas bizarre, il me disait non j'ai l'habitude maintenant", raconte-t-elle.

La dernière fois qu'elle a eu de ses nouvelles, c'était il y a trois jours, par message : "J'ai besoin de te voir 10 minutes. Il faut qu'on se parle". Quand elle essaye de le contacter lundi, son numéro ne fonctionne plus, comme si sa ligne avait été résiliée. Elle apprendra la suite des événements en écoutant la radio, mardi 14 juin. Quand on lui demande si elle pense qu'il a pu lui mentir, la tromper, sa voix se fait plus hésitante : "Je ne sais pas..."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentat Policiers Islamiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants