1 min de lecture Faits divers

Loire : des tags nazis retrouvés dans les locaux d'une radio associative

Les locaux de Radio d'ici ont été vandalisés Saint-Julien-Molin-Molette, des tags suprémacistes ont été retrouvés sur les murs.

Un gendarme (illustration)
Un gendarme (illustration) Crédit : MYCHELE DANIAU / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

Le parquet de Saint-Étienne a indiqué que le locaux de Radio d'ici, une radio associative qui diffuse dans la Loire et l'Ardèche, ont été vandalisés dimanche 10 mai. Le méfaits serait l'oeuvre d'individus se revendiquant de la mouvance suprémaciste et du nazisme. Après avoir forcé la porte d'entrée, ils ont cassé du matériel technique mais aussi arraché des protections phoniques des murs du studio. 

"Outre des croix gammées, ils ont peint en rouge sur les murs l'inscription 14/88, symbole d'appartenance à la mouvance des suprémacistes blancs", a déclaré à l'AFP David Charmatz, le procureur de la république de Saint-Étienne.

Les malfrats auraient pris la fuite au moment où l'un d'entre eux s'est retrouvé nez-à-nez avec un habitant de l'immeuble. Ils auraient déversé auparavant un liquide inflammable, du type White Spirit. 

Les programmes continuent

Selon son récit, "cet individu qui a pris la fuite avait le crâne rasé et une partie du visage recouvert d'un foulard sur lequel était dessinée une tête de mort", a précisé à l'AFP Louis Perego, fondateur de cette radio locale associative "de sensibilité de gauche, humaniste et écologiste" qui emploie quatre salariés et une quarantaine de bénévoles.

À lire aussi
Des infirmiers dans un hôpital (Illustration). faits divers
Toulouse : deux infirmiers d'un Ehpad renvoyés pour avoir demandé des masques

Les studios ciblés par ces actes de malveillance sont ceux installés dans une ancienne école de Saint-Julien-Molin-Molette (Loire). Cette radio associative, créée en 1996 et présidée par le sociologue Patrice Berger, en compte d'autres à Annonay (Ardèche).

Mais l'incident n'aura pas de conséquences sur les émissions de la radio, les dirigeants ayant assuré que la diffusion des programmes continuait sur internet, en podcast et en streaming. L'enquête a été confiée à la brigade des recherches de gendarmerie de Saint-Étienne.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Loire Nazisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants