1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Loi antiterroriste : pour Marc Trévidic, "une loi n'est que 10% du problème"
1 min de lecture

Loi antiterroriste : pour Marc Trévidic, "une loi n'est que 10% du problème"

INVITÉ RTL - L'ancien juge antiterroriste affirme qu'il faut s'attaquer aux raisons de la radicalisation, les lois pénales ne traitent que le "sommet de l'iceberg".

Des participants à un concert à Las Vegas fuient après que des coups de feu aient été tirés
Des participants à un concert à Las Vegas fuient après que des coups de feu aient été tirés
Crédit : David Becker / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Lutte contre le terrorisme : Marc Trévidic plaide pour "un FBI à l'européenne"
06:49
Lutte contre le terrorisme : Marc Trévidic plaide pour "un FBI à l'européenne"
06:42
Yves Calvi & Sarah Belien

À l'heure où l'Assemblée nationale s'apprête à examiner la loi antiterroriste, sa voix d'expert pèse dans le débat. L'ancien juge Marc Trévidic était l'invité de RTL mardi 3 octobre. Pour lui, la solution réside plus sur le terrain que dans la loi. L'ex-magistrat plaide pour "un FBI à l'européenne". Une solution envisagée par le président de la République, Emmanuel Macron, qui avait proposé la création d'un parquet européen lors de son discours fleuve fin septembre.

Pour l'ancien juge une loi "c'est 10% du problème". Il regrette que les lois ne touche pas plus la jeunesse, autrement dit la "raison" du passage à l'acte. "Les lois pénales et de sécurité d'intérieur ne traitent que les effets, c'est-à-dire les gens qui passent à l'action, qui sont dangereux, qui risquent de commettre un attentat," ce que Marc Trévidic appelle le "sommet de l'iceberg"

Concernant la nouvelle loi antiterroriste examinée aujourd'hui, l'ancien juge redoute l'aspect liberticide de la loi. "Les contrôles d'identité sur des périmètres me paraissent tout à fait normal. Je suis inquiet sur les assignations à résidence, les perquisitions qui sont de l'ordre de la liberté individuelle," explique-t-il. Avec la loi, tout va dépendre de la manière dont le juge de la liberté et de la détention va exercer le contrôle des perquisitions. "Il peut se contenter de notes blanches qui ne sont pas des preuves" ou bien il peut imposer des limites.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/