4 min de lecture Biotechnologie

Le vrai-faux procès de Monsanto à La Haye

Les cinq juges de ce tribunal citoyen devraient rendre un avis consultatif le 10 décembre, journée internationale des droits de l’Homme.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Begot
>
Le vrai-faux procès de Monsanto à La Haye Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
et La rédaction numérique de RTL

Qu’ont en commun un apiculteur mexicain, une paysanne bangladaise, et des agriculteurs français, argentins ou burkinabés ? Tous ont témoigné, ce week-end à La Haye au Procès Monsanto. En réalité, il s'agissait d'un procès citoyen non reconnu, mais avec de vrais juges et de vraies victimes. Les témoins sont venus raconter les méfaits dont la compagnie américaine de biotechnologie agricole serait responsable. Le Monde et Libération publient ce lundi 17 octobre un compte-rendu d'audience. 

OGM, pesticides, monopole sur les semences, récoltes ruinées, animaux empoisonnés, enfants malades furent au cœur des débats. À la barre, Sabine est venue spécialement de l'Isère pour raconter le calvaire de son fils Théo, 9 ans, opéré à 50 reprises depuis sa naissance. En cause ? Une malformation grave de l’œsophage. Les chirurgiens n'ont trouvé qu'une explication possible : les pesticides. La mère de Théo s'occupe de chevaux et a pulvérisé du désherbant sur la carrière du centre équestre familial alors qu'elle était enceinte.

D'autres mères sont venues témoigner, notamment Maria, venue d'Argentine pour raconter le calvaire de sa fille, qui souffre des mêmes maux que Théo. Sa maison est entourée de champs de soja OGM, pulvérisés de glyphosate. "Je ne veux pas d'autres martyrs", a-t-elle déclaré. Les cinq juges de ce tribunal citoyen devraient rendre un avis consultatif le 10 décembre, journée internationale des droits de l’homme. Théo subira quant à lui sa 51e opération de la trachée jeudi 20 octobre à Paris.

À lire aussi
Le centre Cubain de Génie et de Biotechnologie de La Havane biotechnologie
Une alliance franco-cubaine pour élaborer un vaccin contre l'hépatite B chronique

Engie au coeur d'une affaire d'évasion fiscale

Le site Les Jours révèle ce lundi dans une enquête très fouillée qu'Engie, ex-GDF Suez a mis en place un vaste schéma d'évasion fiscale passant par 26 filiales luxembourgeoises. L’une d’elles renferme un trésor caché. Pas un coffre rempli de bijoux comme dans les histoires de pirates, mais, plus prosaïquement, des euros. Beaucoup d’euros : 27 milliards précisément. Cette holding s’appelle Engie2. Ce sont ainsi 2 milliards d’euros de profits qui auraient été transférés au Luxembourg entre 2011 et 2014, afin de diminuer la fiche d’impôts du groupe, détenu à hauteur de 33% par l'État français.

À Florange, François Hollande en terrain miné

François Hollande se rend lundi sur les terres dévastées de la Lorraine industrieuse. "Une visite de cimetière à la Toussaint", ironise Patrick Apel-Muller dans L'Humanité. Alors, comme pour déminer le terrain avant d'y aller, le chef de l'État accorde un long entretien à des journalistes de la presse régionale, notamment Le Républicain Lorrain.  "Je n'ai eu aucun répit, mais j'ai tenu bon. Nous avons redressé le pays et préservé notre modèle social, nous devons revendiquer ce bilan", dit-il. "Un air de satisfecit qui résonne bizarrement", écrit Laurent Bodin dans L'Alsace, et de poursuivre :  "C'est toute son action à la tête de l'État qu'il repeint en rose, sans l'once d'un mea-culpa ou la reconnaissance d'une erreur."

"On nous demande d'aller au combat pour lui dans les prochaines semaines, mais à déblatérer sur tout et tout le monde, c'est devenu indéfendable", résume dans le journal L'Opinion le sénateur socialiste du Val-de-Marne Luc Carvounas. Le journal note qu'il n'y a pas eu de petite fête dimanche à l'Élysée, et pourtant le 16 octobre aurait dû faire date. Il y a cinq ans, le 16 octobre 2011, François Hollande pliait la primaire socialiste et entamait sa marche vers l'Élysée. 

Le Monde s'intéresse de son côté à une autre primaire, celle d'Europe Écologie-Les Verts. Ce lundi est le dernier jour pour voter à cette primaire.  "Aucune preuve d'identité n'est demandée aux électeurs, nous en avons fait l'expérience", écrit le quotidien qui titre : "Comment j'ai inscrit mon chat à la primaire écolo".

Les exigences du baron Haussmann au sujet des balcons

Au lendemain du drame d'Angers, le site Slate remet opportunément en ligne ce lundi un article datant de 2010, intitulé "Qu'est-ce qui fait s'effondrer un balcon ?" On y apprend que le balcon est la partie la plus vulnérable qui existe dans le bâtiment. Des normes strictes ont été édictées, ainsi "un balcon, est calculé pour un minimum de 350 kg par mètre carré". Mais ces normes remontent aux années 60, et les architectes de l'époque n'avaient sans doute pas prévu que les balcons allaient être squattés par les fumeurs ni que l'obésité allait tripler en l'espace de deux décennies.

C'est peut-être le baron Haussmann qui détenait la solution, en 1870. Il exigeait en effet que ses bâtiments n'aient de balcons qu'au 2e et 5e étage. Au 2e parce que c'est l'étage "le plus noble" : loin du bruit, sans trop d'étages à monter, puisqu'il n'y avait pas d'ascenseur. Et au 5e un balcon filant, qui fait tout le tour, le tout sans béton armé puisque ça n'existait pas, et pourtant on n'a jamais enregistré un seul effondrement de balcon haussmannien. Alors on ne sait pas si le drame d'Angers va relancer les ventes d'immobilier ancien, mais on est à peu près sûr qu'il va grossir les rangs des acrophobies, la peur irraisonnée de tomber d'un balcon sans rien avoir à quoi s'accrocher.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Biotechnologie La Haye Alimentation
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785319655
Le vrai-faux procès de Monsanto à La Haye
Le vrai-faux procès de Monsanto à La Haye
Les cinq juges de ce tribunal citoyen devraient rendre un avis consultatif le 10 décembre, journée internationale des droits de l’Homme.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/le-vrai-faux-proces-de-monsanto-a-la-haye-7785319655
2016-10-17 09:46:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/vCoNthBw7zP7wMMOKO-e_A/330v220-2/online/image/2016/0523/7783352086_000-aw5qe.jpg