3 min de lecture Société

Le renseignement pénitentiaire ouvre ses portes pour la première fois

ENQUÊTE RTL - Le bureau central du renseignement pénitentiaire a été créé en 2017. Un réseau s'est structuré avec vocation de devenir un interlocuteur pour les autres services de renseignement dans la lutte contre le terrorisme.

Générique 1 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL
>
Le renseignement pénitentiaire ouvre ses portes pour la première fois Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Cindy Hubert Journaliste RTL

Il y a un mois, les autorités ont réussi à stopper à temps un projet d'attentat fomenté par deux détenus depuis leur cellule à Fresnes. Des détenus qui étaient sur le point d'être libérés. Des arrestations qui ont rappelé à quel point la prison est un lieu stratégique dans la lutte contre le terrorisme.

Et pourtant il y a encore un an, le bureau central du renseignement pénitentiaire n'existait pas. Les attentats de Charlie Hebdo et du 13 novembre ont été un électrochoc. Le gouvernement s'est donc lancé, un peu à marche forcée, dans la construction d'un vrai réseau structuré. Depuis, le renseignement pénitentiaire a rejoint officiellement "la cour des grands", en intégrant "le deuxième cercle de la communauté française du renseignement et en devenant un interlocuteur indispensable pour d'autres services comme la DGSI par exemple. RTL a pu rencontrer en exclusivité ces agents de l'ombre.

Premier rendez-vous au Bureau Central du Renseignement pénitentiaire (BCRP) à Paris. Ici, on traque les évasions, on suit de très près tout ce qui est criminalité organisée. Mais ce qui occupe les agents jour et nuit, c'est surtout le terrorisme islamiste.

À lire aussi
Le kilomètre zéro à Pfetterhouse, dans le Haut-Rhin Histoire de France
1914 : Pfetterhouse, le Kilomètre Zéro

Le renseignement pénitentiaire suit 3.000 personnes, 3.000 "cibles" dans toute la France. Sur ces 3.000, 500 sont poursuivis ou détenus pour des faits de terrorisme et 1.150 autres sont jugés "radicalisés", certains susceptibles de passer à l'acte. 

Pour que la prison ne soit plus un angle mort du renseignement

Il y a donc urgence à ce qu'il y ait une "continuité" dans la surveillance de ces personnes, avant, pendant, et après la détention. Ce qui n'était pas vraiment le cas, il y a encore peu de temps reconnaît la cheffe du bureau central : "Auparavant, le temps de la détention, c'était un moment qui était quasiment aveugle pour les services partenaires. On ne savait pas trop ce qu'était devenu l'individu, comment il avait évolué au sein de la détention, qui il avait fréquenté, avec qui il avait été placé en cellule, et si au moment de sa libération, il présentait toujours une menace ou non". 

Désormais, le renseignement pénitentiaire travaille donc d'égal à égal avec les autres services, la DGSI ou les renseignements territoriaux par exemple, pour que la prison ne soit plus un angle mort.

C'est l'un des "chantiers prioritaires" ici, quand on sait que dans 2 ans, plus de 60% des individus condamnés depuis 2013 dans des dossiers terroristes liés aux filières djihadistes en Syrie et en Irak auront purgé leur peine.

La Cellule Interrégionale du Renseignement Pénitentiaire de Lyon

Toutes les personnes qui travaillent ici sont habilitées "secret défense". Pour des raisons évidentes de sécurité nous ne pourrons pas dire leur nom. Mais leur profil en dit long sur la professionnalisation de ce service. Il y a encore deux ans, ce Bureau se résumait à une seule personne. Depuis, des analystes ont été recrutés, des traducteurs arabophones, mais aussi des informaticiens : deux "analystes veilleurs" qui travaillent en source ouverte sur les réseaux sociaux et deux "investigateurs numériques" chargés d'explorer notamment les disques durs des détenus.

"Là par exemple, c'est un son qui a été récupéré sur l'ordinateur d'un détenu. C'est l'hymne de l'État islamique. C'est un indice parmi d'autres. Il faut qu'on ait une multitude de signaux pour aller vers l'accréditation d'un niveau de radicalisation", explique l'un d'eux au micro de RTL.

La source d'information numéro 1 reste le terrain. Dans chaque prison, un surveillant est chargé de collecter en secret tout ce que lui rapporte ses collègues, autant de précieux "capteurs locaux". Les informations sont ensuite triées au niveau régional, puis analysées et synthétisées. 

Un arsenal de surveillance encore à l'étude

Depuis un an, le renseignement pénitentiaire a le droit d'utiliser certaines techniques d'espionnage ultra élaborées. Des agents peuvent par exemple poser discrètement au sein de la détention ce qu'on appelle un IMSI-catcher, un appareil capable d'aspirer toutes les données des téléphones portables dans un périmètre donné. Mais l'État major en est encore à évaluer les besoins. Pour le moment, selon nos informations, aucune commande n'a été lancée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Antiterrorisme Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791170530
Le renseignement pénitentiaire ouvre ses portes pour la première fois
Le renseignement pénitentiaire ouvre ses portes pour la première fois
ENQUÊTE RTL - Le bureau central du renseignement pénitentiaire a été créé en 2017. Un réseau s'est structuré avec vocation de devenir un interlocuteur pour les autres services de renseignement dans la lutte contre le terrorisme.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/le-renseignement-penitentiaire-ouvre-ses-portes-pour-la-premiere-fois-7791170530
2017-11-28 08:02:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/JDTYxekbFnJdtRN6Geaywg/330v220-2/online/image/2017/0703/7789203435_prison-illustration.jpg