1 min de lecture Environnement

Lafarge accusé de déverser du béton dans la Seine

Le cimentier Lafarge est accusé de déverser du béton et du plastique dans la Seine. Le groupe français évoque un acte de vandalisme.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Lafarge accusé de déverser du béton dans la Seine Crédit Image : Thibault Camus/AP/SIPA | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Vincent Serrano
et Benoît Collet

À Paris, le cimentier Lafarge est accusé de rejeter dans la Seine les eaux usées de son usine de Bercy, évacuant ainsi dans le fleuve des particules de ciment, des liquides de traitement et des microfibres de plastique. Le parquet de Paris s'est déjà saisi de l'enquête.

Informé de la situation, l'Office français de la biodiversité a porté plainte, relatent nos confrères d'Europe 1, auprès de qui Lafarge a déploré un "un incident tout à fait exceptionnel et indépendant de sa volonté". Selon le groupe français, le trou qui a été observé dans une cuve de rétention des eaux usées de l'usine a été provoqué par un acte malveillant. Une plainte a d'ailleurs été déposée.

Mais pour Jacques Lemoine, un agent de développement de l'Association agréée de pêche et de protection du milieu aquatique (AAPPMA) qui a photographié et filmé la fuite, il s'agit d'un acte volontaire de la part du groupe français. "Pour pouvoir faire le trou, il faut du matériel conséquent. Il n'est pas là par hasard", soutient-il au micro de RTL.

>
Les images de Jacques Lemoine du site Lafarge de Bercy Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : Jacques Lemoine | Date :

"Un véritable scandale écologique"

De son côté, la maire de Paris Anne Hidalgo a dénoncé sur Twitter "un véritable scandale écologique, alors que nous travaillons avec nos partenaires depuis de nombreuses années pour améliorer la qualité du fleuve".

À lire aussi
Cyril Grimal, directeur adjoint du port de Cavalaire-sur-Mer, où sont testés les boudins de cheveux. écologie
Var : des boudins de cheveux pour prévenir de la pollution maritime

Emmanuel Grégoire, premier adjoint d'Anne Hidalgo, se dit "en colère". Il assure que "le groupe Lafarge a commis plusieurs fautes", et notamment un défaut de surveillance et de supervision de son site.

Depuis l'incident, Lafarge dit avoir colmaté le trou constaté. Ce soir encore, son site de Bercy était facilement accessible à n'importe quel piéton.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Pollution Seine
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants