1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Se baigner dans la Seine : Anne Hidalgo fera-t-elle mieux que Jacques Chirac ?
1 min de lecture

Se baigner dans la Seine : Anne Hidalgo fera-t-elle mieux que Jacques Chirac ?

REPLAY / FACT CHECKING - Dans le cadre de sa candidature aux JO de 2024, la mairie de Paris a élaboré un "plan d'action" dont l'une des mesures est de rendre la Seine à la baignade. Une promesse déjà entendue.

Une vue sur la Seine à Paris, le 4 mai 2016
Une vue sur la Seine à Paris, le 4 mai 2016
Crédit : SIPA / Xavier Francolon
Se baigner dans la Seine : Anne Hidalgo fera-t-elle mieux que Jacques Chirac ?
00:02:06
Cyprien Cini

Pourra-t-on à nouveau se baigner un jour dans la Seine, ce qui est interdit depuis 1923 ? Anne Hidalgo se fixe cet objectif pour 2024. C'est une l'une des 43 mesures du "plan d'action" de la mairie de Paris dans le cadre de la candidature de la capitale française aux Jeux Olympiques de 2024. "Je souhaite vraiment que l'impact écologique des jeux permette de rendre l'eau de la Seine", avait déjà déclaré l'édile l'an passé sur BFM TV. Depuis, elle l'a répété plusieurs fois. 

Il faut dire qu'elle y tient. Un peu comme Jacques Chirac. Le 28 novembre 1988, celui qui était alors maire de Paris promettait : "Dans cinq ans, on pourra à nouveau se baigner dans la Seine. Et je serai le premier à le faire". Deux ans plus tard, il remet le couvert à la télévision : "J'irai me baigner dans la Seine, devant témoins". On a surtout été témoin de l'échec de cette promesse.

Celle d'Anne Hidalgo a-t-elle plus de chances d'aboutir ? Pour Vincent Rocher, responsable du service expertises et prospectives au SIAAP, les situations de 1988 et d'aujourd'hui sont radicalement différentes. "La Seine n'a jamais été aussi propre dans un référentiel de trente à quarante ans. Depuis les années où Jacques Chirac a fait ses déclarations, il y a une amélioration très forte", explique-t-il. "La qualité de la Seine est bonne, voire très bonne", assure-t-il. Mais pas encore au point de s'y baigner, car il y a encore trop de bactéries et de risques de maladies, comme l'expliquait l'Agence régionale de la santé en 2013.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire