2 min de lecture Décision de justice

La justice demande le réaffichage d'une campagne de pub anti-IVG dans les gares

La justice a ordonné le réaffichage de publicités contre l'avortement dans des gares parisiennes et autres lieux publics éditées par Alliance Vita, contre l'avis de la mairie de Paris.

Des passagers touchés par la grève Gare du Nord, mardi 24 septembre
Des passagers touchés par la grève Gare du Nord, mardi 24 septembre Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP
IMG_0047
Nicolas Scheffer et AFP

La justice a demandé que soient réaffichée dans les gares franciliennes une campagne controversée de l'association Alliance Vita qui milite notamment contre l'avortement, une décision immédiatement critiquée par la maire de Paris Anne Hidalgo.

Alliance Vita a fait part, dans un communiqué, de cette décision du tribunal saisi en référé qui "demande à la régie Mediatransports de replacer les deux affiches (de soutien à la paternité et à la maternité) qu'elle avait retirées jeudi 2 janvier sans préavis, et sans même alerter l'association".

"Très grand étonnement face à cette décision de référé ordonnant la poursuite de la campagne anti-PMA et anti-IVG. J'encourage #Mediatransports à user de toutes les voies de droit possibles pour qu'il soit mis définitivement fin à cette campagne", a réagi Anne Hidalgo, tandis que Mediatransports, une régie spécialisée dans l'affichage de gares, a annoncé son intention de faire appel.

Association du mouvement "pro-vie" qui milite notamment contre l'avortement et la procréation médicalement assistée, Alliance Vita a mené une campagne autour de plusieurs visuels avec un slogan, "la société progressera", y ajoutant, selon les cas, "à condition de respecter la paternité" ou "la maternité" ainsi que "la différence".

À lire aussi
Un gendarme en France (illustration) Guyane
Coronavirus : il se dit porteur du virus et crache sur des gendarmes, 14 mois ferme

Mediatransports, interpellée par la maire de Paris notamment, avait décidé de retirer les visuels jeudi 2 janvier, "avec l'accord de la SNCF Gares & Connexions", avait-elle précisé.

Le principe de neutralité contre la liberté d'expression

"Deux visuels relatifs à la protection de la maternité et à la protection de la paternité peuvent être entendus comme des messages militants excédant le principe de neutralité qui s'impose dans les transports publics", avait expliqué Mediatransports. 

La décision de justice, elle explique que "les publicités dans des lieux publics peuvent présenter un caractère politique dès lors qu'elles émanent de personnes privées" et souligne que des campagnes avaient pour objectif de sensibiliser à la cause animale avec des slogans tels que "Je suis quelqu'un. Ne me mangez pas".

Alliance Vita a par ailleurs indiqué avoir demandé à un autre réseau d'affichage, Exterion Media, de "réinstaller immédiatement" dans les rues de Paris "la totalité des trois visuels de la campagne", retirés, "faute de quoi l'association lancera une seconde action en référé".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Décision de justice Justice Gare
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants