2 min de lecture Xavier Dupont de Ligonnès

"Je suis tombé des nues", témoigne le moine confondu avec Dupont de Ligonnès

Le frère Jean-Marie Joseph, que l'on a pris pour Xavier Dupont de Ligonnès s'est confié à "LCI", sur l'opération de police qui a eu lieu dans son monastère de Roquebrune-sur-Argens, le 9 janvier dernier.

Le monastère Notre-Dame-de-Pitié de Roquebrune-sur-Argens, où s'est déroulée l'opération de police le 9 janvier dernier.
Le monastère Notre-Dame-de-Pitié de Roquebrune-sur-Argens, où s'est déroulée l'opération de police le 9 janvier dernier. Crédit : Valery HACHE / AFP
Paul Véronique
Paul Véronique
Journaliste

Mardi 9 janvier 2018, la quiétude du monastère de Notre-Dame-de-Pitié de Roquebrune-sur-Argens, dans le Var a été quelque peu perturbée. Une vaste opération de police s'est déroulée dans le prieuré, après le signalement de deux fidèles, qui pensaient y avoir vu un homme ressemblant à Xavier Dupont de Ligonnès, le principal suspect de l'assassinat de son épouse et de ses quatre enfants. L'homme en question, le frère Jean-Marie Joseph, est revenu sur cet événement pour LCI.

À la sortie de la messe, ce 9 janvier, une dizaine de policiers en civil, dont deux qui était présents dans la chapelle un peu plus tôt, sonnent à la porte de la sacristie. "Une des personnes présentes m’a montré sa plaque. Puis s’est présentée comme étant de la police judiciaire, mandatée pour visiter le monastère dans le cadre de l’affaire Dupont de Ligonnès. J’ai très vite compris qu’il fallait que je les laisse rentrer", relate le frère Jean-Marie Joseph, à LCI.

Si cette situation le surprend, ce n'est pas la première fois qu'il se retrouve confronté aux forces de l'ordre dans le cadre de cette affaire. "J’étais là au moment où l’affaire Dupont de Ligonnès a éclaté, il y a sept ans. Les gendarmes étaient déjà venus nous faire un signalement, puis la police judiciaire était passée pour voir si on ne l’avait pas vu. À l’époque, c’était normal. C’est à Roquebrune-sur-Argens qu’a été repéré pour la dernière fois Xavier Dupont de Ligonnès, à la mi-avril 2011", explique le religieux.

"Les policiers ont été très polis, très courtois. Mais ce jour-là, tout était disproportionné"

Frère Jean-Marie Joseph
Partager la citation

Le frère Jean-Marie Joseph a alors dû conduire les policiers dans l'ensemble du monastère pour qu'ils procèdent à une fouille minutieuse. "Je voulais que tout soit clair pour les forces de l'ordre, qu'il n'y ait aucun doute.  Et il n’y avait ni Dupont de Ligonnès, ni sosie chez nous", commente-t-il, auprès de LCI. Mais un peu plus tard, il a appris que c'est lui que l'on avait pris pour Xavier Dupont de Ligonnès. "C’est moi, d’après les policiers, que l’on a pris pour ce monsieur. Je suis tombé des nues", se remémore le frère.

À lire aussi
Arnaud Ducret et Émilie Dequenne dans "Un homme ordinaire" faits divers
Xavier Dupont de Ligonnès : ce que l'on sait du hacker condamné dans l'affaire

Finalement au bout de plusieurs heures de recherches, les policiers ont fini par quitter les lieux, manifestement bredouilles. "Les policiers ont été très polis, très courtois. Mais ce jour-là, tout était disproportionné. Venir déranger un monastère comme ça. On ne se cache pas, tout le monde peut venir à tout moment nous voir. Pas la peine de nous faire une telle publicité", déplore le frère Jean-Marie Joseph.

Depuis, la vie monastique a repris son cours à Notre-Dame-de-Pitié. Quant à la réaction qu'aurait le frère Jean-Marie Joseph si le vrai Xavier Dupont de Ligonnès venait à se présenter au monastère : "Je ne peux pas être complice. S’il se présentait ici, je l’inviterais à se dénoncer", assure-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Xavier Dupont de Ligonnès Faits divers Var
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants