1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Interpellation à Aulnay-sous-Bois : il n'y a pas eu viol selon l'IGPN
1 min de lecture

Interpellation à Aulnay-sous-Bois : il n'y a pas eu viol selon l'IGPN

L'enquête de la police des polices préconise d'abandonner la qualification de "viol", au profit des "violences volontaires".

Manifestation à Aulnay-sous-Bois après les violences subies par Théo
Manifestation à Aulnay-sous-Bois après les violences subies par Théo
Crédit : Sipa
Aulnay-sous-Bois : Éric Dupont-Moretti, l'avocat de Théo, réfute la thèse de l'accident
00:03:14
Interpellation à Aulnay-sous-Bois : il n'y a pas eu viol selon l'IGPN
00:01:20
Olivier Boy & Léa Stassinet

Il n'y a pas eu viol. C'est en tout cas ce que conclut l'IGPN, la police des polices dans son rapport. Elle ne conteste pas la violence de l'intervention des policiers, il y a eu pénétration de la matraque, les rapports médicaux l'attestent. Le jeune Théo a été grièvement blessé

Mais depuis le week-end dernier, dans le premier rapport rendu par l'IGPN au parquet de Bobigny et à la juge d'instruction, la police des polices retient la thèse de l'accident et estime qu'il n'y a pas eu viol parce qu'il n'y avait pas intention de commettre un crime sexuel. Lors de l'interpellation, une bagarre éclate entre les policiers et Théo, le jogging du jeune homme est baissé, avant que le policier lui donne des coups de matraque, ce qui aurait occasionné les blessures dont souffre la victime.

L'avocat du policier, au micro de RTL, espère que cette information va permettre de garantir une "présomption d'innocence" qui est "foulée aux pieds", selon lui. "Pour moi, il n'y a pas de surprise dans ce constat. C'est effectivement ce que nous avons constaté nous aussi à l'occasion de la garde à vue", déclare Me Frédéric Gabet, appelant à laisser la justice travailler "de manière sereine, c'est-à-dire en dehors de toute pression".

La juge d'instruction avait connaissance de ce dossier dès le week-end du 4 et 5 février, elle a donc pris elle-même la décision de qualifier l'agression de viol malgré les conclusions de l'IGPN. Pour elle, il n'y a pas pu avoir pénétration sur 10 centimètres par accident. La juge doit assumer ce choix malgré les pressions, c'est la seule personne qui peut décider ou non de requalifier les faits

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/