2 min de lecture Infanticide

Haute-Savoie : il avait tué sa fille de 3 ans pour se venger de son ex-femme

VU DANS LA PRESSE - Un quadragénaire est jugé à partir de ce 20 mai à Annecy pour avoir étouffé sa fille de 3 ans en 2016. Il souhaitait se venger de sa femme qui l'avait quitté et qui demandait la garde exclusive de l'enfant.

La ville d'Annecy en Haute-Savoie
La ville d'Annecy en Haute-Savoie Crédit : RTL.fr
Eleanor Douet
Eléanor Douet

Un homme est jugé par la cour d'assises de Haute-Savoie, à Annecy, à partir de ce lundi 20 mai. Cédric M. est accusé d'avoir tué sa fille de 3 ans pour se venger de son ex-femmerapporte Le Parisien.

En mai 2016 à Margencel, il avait étouffé la petite Léa, profitant d'avoir sa garde chez lui, avant de prendre la fuite. Le corps de la fillette avait été découvert le 23 mai. Ce jour-là, l'école de l'enfant avait appelé sa mère pour lui signaler l'absence de sa fille. Le meurtre aurait eu lieu le 21 mai. Le père aurait noyé sa fille avant de la mettre au lit.

Cédric M. avait été interpellé six mois plus tard à La Ciotat, dans les Bouches-du-Rhône, où il se cachait depuis le meurtre de sa fille. En tuant leur fille, l'accusé a indiqué vouloir se venger de son ex-femme qui, après onze de vie commune, avait demandé le divorce. Alcoolique, l'homme avait commencé à la menacer et la harceler, la poussant à demander la garde exclusive de leur fille.

Comme je suis heureux de voir que tu vas pleurer tous les jours la mort de ta fille

Cédric M. dans une lettre écrite à son ex-femme
Partager la citation

Une situation que n'avait pas supporté Cédric M, qui avait justifié son acte dans une lettre envoyée à son ex-femme.

À lire aussi
Une voiture de police américaine (illustration). faits divers
États-Unis : une mère accusée d'avoir pendu deux de ses enfants

"Salut Blandine. Je suis très heureux aujourd’hui. Tu as dû apprendre la bonne nouvelle. Je t’avais dit de ne jamais toucher à Léa. Mais tu n’as pas voulu m’écouter. Dommage, tu ne lui as pas dit au revoir. Tu as voulu une nouvelle vie. Maintenant, tu peux la refaire sans Léa. Aujourd’hui, ça doit être dur d’aller dans la chambre de Léa en te disant que tu ne la verras plus jamais. Je ne te souhaite pas une bonne fête des mères puisque tu ne l’es plus. Comme je suis heureux de voir que tu vas pleurer tous les jours la mort de ta fille. Tu m’as forcé à faire ça. Je t’avais dit de ne jamais me séparer de ma fille. J’espère que tu vas bien souffrir avec la mort de ta fille. Champagne ! Sois la plus malheureuse possible. Je ne regrette rien. Content de t’avoir fait vivre un enfer", avait-il écrit. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Infanticide Haute-Savoie Famille
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants