1 min de lecture Faits divers

Haute-Marne : un demandeur d'asile somalien mis en examen pour le meurtre de son colocataire

Le demandeur d'asile, originaire de Somalie, a été mis en examen dimanche pour meurtre et placé en détention. Il est accusé d'avoir poignardé son colocataire, un réfugié afghan de 26 ans, lors d'une dispute.

Un réfugié somalien montre son document officiel de demandeur d'asile le 22 octobre 2009 à Pontoise (archives)
Un réfugié somalien montre son document officiel de demandeur d'asile le 22 octobre 2009 à Pontoise (archives)
Pierre
Pierre Jarnoux et AFP

Un demandeur d'asile somalien a été mis en examen dimanche 5 juillet par un juge d'instruction de Dijon pour le meurtre de son colocataire, un demandeur d'asile afghan.

Les faits se sont déroulés dans l'appartement d'une résidence sociale à Chaumont d'après une source judiciaire. Les deux hommes "ne s'entendaient déjà pas" selon des témoins. C'est l'utilisation de la salle de bains serait à l'origine du différend entre les deux hommes. Le Somalien a, dans un accès de rage, poignardé à quinze reprises l'homme de 26 ans. L'afghan était arrivé en France en janvier.

Un autre colocataire était présent dans l'appartement au moment des faits mais dit ne pas avoir vu la scène se produire. Dans cet appartement de trois chambres vivent six colocataires. 

Le suspect et la victime habitaient ensemble depuis janvier dans cet appartement relevant de l'hébergement d'urgence pour les demandeurs d'asile (HUDA), selon l'association qui les accompagne et qui était présente "tous les jours, week-end compris" pendant le confinement.

Pas de menace apparente

À lire aussi
La plage du Liamone (Corse) faits divers
Corse : une femme se noie en secourant son fils emporté par les vagues

L'association pour l'accueil des travailleurs et des migrants (AATM) n'ont absolument pas vu venir le meurtre. Les bénévoles ne se sentaient pas en danger, et aucun demandeur d'asile n'avait fait mention de quelconque menace passée, imminente ou futur. 

"Tous ont eu le Covid, la vigilance était encore plus renforcée", ajoute l'association.

Selon la même source, l'appartement situé dans un HLM, avait été rattaché en 2016 à un centre d'accueil et d'orientation pour accueillir les migrants lors du démantèlement de la "jungle" de Calais.

Un juge d'instruction de Dijon a mis en examen le suspect tandis qu'une autopsie devait avoir lieu lundi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Migrants Meurtre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants