3 min de lecture Justice

Francis Heaulme : autistique, pervers... Le profil du "routard du crime"

PORTRAIT - Le gendarme qui a arrêté le "routard du crime" revient sur la personnalité de ce tueur en série, déjà condamné à la perpétuité pour neuf meurtres entre 1984 et 1992.

Francis Heaulme, en octobre 1994 lors d'un procès à Metz
Francis Heaulme, en octobre 1994 lors d'un procès à Metz Crédit : Jean-Philippe KSIAZEK / AFP
ClaireGaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

C'est l'un des tueurs en série les plus connus en France. Entre 1984 et 1992, Francis Heaulme a assassiné pas moins de neuf personnes. La Moselle, les Ardennes, le Var, le Nord ou encore le Finistère... Celui qui est aujourd'hui âgé de 58 ans a cédé à ses pulsions meurtrières sur l'ensemble de l'Hexagone.

Et ce mardi 25 avril, la liste des victimes de Francis Heaulme pourrait bien encore s'allonger. Celui qui a rapidement été surnommé le "routard du crime" comparait à partir de ce mardi 25 avril devant les assises de Moselle pour le meurtre de Cyril Beining et Alexandre Beckrich, tous deux âgés de 8 ans au moment des faits, le 28 septembre 1986 à Montigny-lès-Metz. Trente ans après, ce drame va-t-il être enfin résolu après de multiples rebondissements ? Patrick Dils a été condamné puis acquitté, Henri Leclaire a été suspecté avant que Francis Heaulme ne soit mis en examen en 2006, qu'il bénéficie d'un non-lieu avant d'être de nouveau renvoyé devant les assises en 2013.

Jean-François Abgrall, le gendarme qui a arrêté Francis Heaulme, revient sur la personnalité de ce tueur en série. Dans un entretien à LCI, il raconte le parcours sanglant et ses multiples rencontres avec le "routard du crime" lors desquelles ce dernier affirmait parfois : "Partout où je passe, il y a des meurtres"

À lire aussi
Alexandre Benalla, le collaborateur d'Emmanuel Macron, le 17 juin 2017 au Touquet justice
Affaire Alexandre Benalla : son mariage prévu ce samedi a été annulé

Une signature criminelle bien à lui

Francis Heaulme n'a jamais reconnu ce double meurtre malgré sa présence à Montigny-lès-Metz. Jean-François Abgrall se rappelle de sa première audition : "Je l'ai rencontré en juin 1989, j'enquêtais sur un homicide commis sur une plage à Brest. Francis Heaulme était alors inconnu des radars de la justice. À l'époque, il n'est qu'un 'routard', marginal".

S'il est entendu comme simple témoin au départ, ce dernier devient rapidement le suspect numéro 1. De simple routard, Francis Heaulme se transforme petit à petit en "routard du crime". Le gendarme se remémore alors un homme "singulier", "constamment dans l'observation" et qui "distribue ses mots". Et malgré un retard mental connu, les récits des meurtres sont des plus précis : "Il a une mémoire 'autistique'. Sur les scènes de crime, il va vous décrire des détails très précis et extrêmement orientant. Dans ces scènes, il se décrit toujours comme spectateur : soit il est arrivé et a vu le crime, soit c’est l’auteur du crime qui lui a raconté. Ce n’est jamais lui, c’est l’autre", explique le gendarme à LCI.

Pourtant, Francis Heaulme révèle peu à peu ses meurtres. Tous s'enchaînent, parfois à quelques semaines d'intervalle avec une "signature criminelle" bien distincte. Si les victimes, les armes et les lieux varient, le processus demeure pourtant similaire à chaque meurtre : le passage à l'acte est improvisé et opportuniste, souvent commis sous l'emprise de l'alcool et les victimes sont toujours déshabillées, au moins partiellement, quand elles ne sont pas violées. "On est dans une explosion, face à des meurtres froids et hors normes. Ce sont souvent des crimes d’opportunité", rappelle Jean-François Abgrall. 

Un mélange évident entre réel et fiction

Des crimes largement racontés par Francis Heaulme malgré un mélange entre réel et fiction. "Il a un côté manipulateur et pervers. Il parle quand on ne lui demande rien ou en dehors des auditions, quand la parole ne compte pas. Mais selon moi, il ne sait pas élaborer de mensonges construits", glisse le gendarme. Retour de l'armée, présence d'Allemands en treillis... Autant d'informations livrées par le principal intéressé pour nourrir ses histoires.

Je pense que nous n'avons mis à jour qu'un bout de son parcours criminel

Jean-François Abgrall
Partager la citation

Mais chaque information est prise au sérieux par les forces de l'ordre car le "routard du crime" mélange régulièrement "différentes informations existantes". "On a affaire à quelqu’un qui transpose sciemment et en permanence les situations. En d'autres termes, les explications qui ne collent pas à un meurtre correspondent toujours à un autre", glisse-t-il. Des meurtres que Francis Heaulme définit pourtant comme de simples "pépins".

Des "pépins", déjà au nombre de neuf, qui pourraient être bien plus nombreux. "Je pense que nous n'avons mis à jour qu'un bout de son parcours criminel et qu'il est impliqué dans de nombreuses autres affaires", explique Jean-François Abgrall. Surtout que le principal intéressé ne s'en serait pas caché alors qu'il a assuré ne "pas avoir tout dit" lors de la dernière rencontre entre le gendarme et le tueur en série. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Faits divers Moselle
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788283709
Francis Heaulme : autistique, pervers... Le profil du "routard du crime"
Francis Heaulme : autistique, pervers... Le profil du "routard du crime"
PORTRAIT - Le gendarme qui a arrêté le "routard du crime" revient sur la personnalité de ce tueur en série, déjà condamné à la perpétuité pour neuf meurtres entre 1984 et 1992.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/francis-heaulme-autistique-pervers-le-profil-du-routard-du-crime-7788283709
2017-04-25 18:49:40
https://cdn-media.rtl.fr/cache/wlAhqz-aLRrPCuwdYxPCIQ/330v220-2/online/image/2017/0425/7788284422_francis-heaulme-en-octobre-1994-lors-d-un-proces-a-metz.jpg