2 min de lecture Bolivie

Français disparus en Bolivie : une première audience "particulièrement dure", dit le père de Jérémie

INVITÉ RTL - Patrick Bellanger revient sur l'ouverture du procès des meurtriers présumés de son fils et sa petite amie, trois ans et demi après leur disparition en Bolivie.

Les parents de Jérémie Bellanger et Fannie Blancho en avril 2013 à Nantes
Les parents de Jérémie Bellanger et Fannie Blancho en avril 2013 à Nantes Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL

Le procès des meurtriers présumés de Jérémie Bellanger et Fannie Blancho s'est ouvert ce lundi 17 février à Trinidad, en Bolivie. Reporté à plusieurs reprises, en raison de la démission de la présidente du tribunal et à la suite du déplacement de l'audience à Trinidad, ce procès est très attendu par les familles du couple disparu en 2010, dont les corps n'ont jamais été retrouvés.

Quatre ans après les faits, les parents des deux Français, âgés de 25 et 23 ans au moment des faits, sont sur place pour connaître la vérité. Depuis 2010, Patrick Bellanger, le père de Jérémie, a fait des dizaines d'allers et retours entre la France et la Bolivie pour mener sa propre enquête.

La rédaction vous recommande

"Nous appréhendions avec beaucoup d'anxiété le démarrage du procès, d'autant plus qu'on s'attendait à des incidents empêchant le démarrage. Mais il a bel et bien démarré avec les conditions de sécurité que nous avions demandé comme une présence policière renforcée. Tous les accusés et les protagonistes étaient présents", indique-t-il au micro de RTL.

Vraisemblablement une agression sexuelle

Originaire de Loire-Atlantique, le couple s'était rendu en Amérique du Sud pour plusieurs mois avant d'être porté disparu depuis le 29 août 2010. Les éléments d'enquête rendus publics indiquent que Jérémie et Fanny se sont rendus dans la ferme du principal suspect, Jaime Martinez, dans la nuit du 28 au 29 août 2010, où ils auraient été assassinés, a priori, à la suite d'une agression sexuelle.

L'accusé principal avait une attitude très détachée, souriait même à la lecture du témoignage

Patrick Bellanger, père de Jérémie Bellanger, disparu en Bolivie
Partager la citation
À lire aussi
L'ex-président bolivien Evo Morales, le 11 octobre 2019 Bolivie
Bolivie : Morales et 600 responsables visés par des enquêtes pour corruption

"Nous savons une partie de ce qu'il s'est passé ce dimanche fatidique mais pas ce qui les a conduit à l'assassinat. Tout indique que l'accusé principal était fort intéressé par Fanny, étant donné l'exotisme d'une blonde ici. Il avait même demandé s'ils avaient de la famille sur place, ce qui nous fait penser à de la préméditation. Le viol de Fannie est probablement le mobile du crime", estime le père de Jérémie Bellanger.

Une confrontation douloureuse

Un témoin affirme avoir vu le meurtre de Jérémie ainsi que le corps ensanglanté de Fanny, mais les quatre suspects nient toute implication dans cette affaire, survenue à côté de la frontière brésilienne. Tous étaient présents lors de cette première audience."Ce n'était pas la première fois que nous étions confrontés aux quatre accusés, explique le père de la victime. Nous avons déjà assisté à plusieurs audiences et même parfois été assis à côté d'eux. Mais ce matin c'était particulièrement dur pour nous", poursuit-il.

"Nous avons pu constater à la lecture des accusations et particulièrement lorsque les citations du témoin principal étaient lues, racontant la manière dont Jaime Martinez avait assassiné notre fils avec un revolver, que l'accusé principal avait une attitude très détachée, souriait même à la lecture du témoignage", confie celui qui espère désormais que trois ans et demi après la disparition du couple, "les accusés finissent par changer de version et finissent par avouer leur crime. Nous espérons un revirement en cours de procès et qu'ils nous disent où sont les corps de Fannie et Jérémie".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bolivie Faits divers Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants