1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Féminicide d'Epinay-sur-Seine : pourquoi la victime n'a pas été prévenue de la sortie de prison de son ex
1 min de lecture

Féminicide d'Epinay-sur-Seine : pourquoi la victime n'a pas été prévenue de la sortie de prison de son ex

Vendredi soir à Épinay-sur-Seine, une femme de 44 ans a été mortellement poignardée par son ex-compagnon, tout juste sorti de prison.

Voiture de police (illustration)
Voiture de police (illustration)
Crédit : AFP / PHILIPPE HUGUEN
Féminicide d'Epinay-sur-Seine : pourquoi la victime n'a pas été prévenue de la sortie de prison de son ex
01:34
Cindy Hubert - édité par Thibault Nadal

C'était il y a trois jours. Une mère de famille âgée de 44 ans était tuée de plusieurs de coups de couteau par son ex-compagnon, tout juste sorti de prison, à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis). Elle était dotée d'un téléphone grave danger, mais elle ne l'avait pas sur elle au moment des faits, car elle ne savait pas que son ex-compagnon était sorti de prison. 


Dans le cadre juridique, prévenir n'est pas une obligation légale. Aujourd'hui, le juge d'application des peines ne prévient la victime que dans certains cas extrêmement précis : des affaires de viol, des meurtres en récidive et encore, il faut que la victime en fasse la demande. 

En matière de violences conjugales, rien n'est obligatoire. L'information ne circule pas forcément. Maître Anne Bouillon accompagne de nombreuses femmes battues et il n'est pas rare que certaines découvrent que leurs ex-conjoints est libre en le croisant près de chez elle. "Je pensais à une histoire où un agresseur est venu s'installer en bas de l'immeuble de ma cliente pour y planter une tente et surveiller sa victime. Les femmes sont dans l'expectative et puis elles se rendent compte de manière fortuite que leur agresseur a été remis en liberté", explique-t-elle.

Au printemps, la chancellerie a bien envoyé une circulaire à tous les procureurs pour leur demander d'informer systématiquement la victime sur cette date de sortie. Mais cela dépend encore de la volonté des parquets, d'initiative locale, comme à Montpellier ou un protocole a été mis en place entre l'administration pénitentiaire et la justice. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/