1 min de lecture Faits divers

Essonne : un ex-élu raconte sa descente aux enfers dans le proxénétisme

Pierre était élu de l'Essonne quand il a rencontré un transsexuel péruvien à Paris. Leur histoire d'amour l'a fait tomber dans un réseau de proxénétisme qui lui coûte aujourd'hui une mise en examen, comme le raconte "Le Parisien".

Un ancien élu raconte sa descente aux enfers dans le proxénétisme (illustration)
Un ancien élu raconte sa descente aux enfers dans le proxénétisme (illustration) Crédit : REMY GABALDA / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

De l'amour à la prostitution. Pierre, 51 ans, ancien élu, s'est épris en 2015 de Carlos, dites Karen, un transsexuel péruvien. Soupçonné d'avoir coordonné, avec Karen, un réseau de prostitution transgenre, il est aujourd'hui mis en examen. Il assure pourtant que cette idylle lui a valu une descente aux enfers et se défend d'avoir recruté des transsexuels ou d'avoir trouvé des logements pour les prostituées. Il tente désormais de retrouver une vie normale de père célibataire dans l'Essonne et raconte, dans Le Parisien, comment cette histoire a abîmé son existence.

Ses mots à l'égard de cette période de sa vie sont durs. "J'ai vécu un enfer durant des mois au milieu de cette prostitution de bas étage", explique-t-il. En 2015, alors séparé de sa femme, il a "trouvé du réconfort auprès de Karen". "C'est son côté sud-américain qui m'a séduit", se souvient-il dans Le Parisien. Très vite, l'amour prend le pas sur le reste et Pierre devient un maillon, malgré lui, d'une filière de travestis recrutés au Pérou pour exercer au Bois de Boulogne "et dans des appartements parisien".

Il y a un peu plus d'un an, le réseau est démantelé par la brigade de répression du proxénétisme. Pierre et Karen sont très vite épinglés par les enquêteurs comme les chefs de cette filière et mis en examen. "J'ai été pris au piège, car ses amis et sa famille sont venus vivre avec nous petit à petit. Tous exerçaient ce même métier, raconte l'ancien élu. À un moment, je n'en pouvais plus de cet échange de sexe et d'argent. Tout se passait sous mon nez. Je voulais qu'ils dégagent tous, je n'avais plus de vie de couple, c'était glauque, reprend-il. Il a fallu que je leur trouve d'autres appartements. J'ai dû me porter garant".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Proxenetisme Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants