2 min de lecture Alzheimer

Essais thérapeutiques sauvages : le professeur Fourtillan accusé de poursuivre ses pratiques illégales

VU DANS LA PRESSE - Jean-Bernard Fourtillan, professeur honoraire de la faculté de médecine et de pharmacie de Poitiers, est accusé d'être l’organisateur d’essais thérapeutiques illégaux auprès de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de Parkinson.

Le Professeure Jean-Bernard Fourtillan.
Le Professeure Jean-Bernard Fourtillan. Crédit : YouTube/Capture d'écran
Venantia
Venantia Petillault

Le professeur Jean-Bernard Fourtillan, révélé au public par le documentaire "Hold-up" a réalisé des essais thérapeutiques sauvages auprès de malades atteints de Parkinson ou d'Alzheimer. Selon une enquête de Radio France, malgré l'interdiction de cette pratique, il a continué à recevoir de l'argent de patients, via un fonds appelé "Fonds Josefa Mendelez".


De 2018 à 2019, le professeur avait recruté 400 patients. Il leur remettait un patch cutané contenant un supposé dérivé de la mélatonine, rappelle Radio France. Il affirmait à ces patients que cela pouvait soigner les malades atteints des maladies d’Alzheimer et de Parkinson. Parmi ces patients, se trouvait le professeur Henri Joyeux, connu notamment pour ses positions contre les vaccins. Lui et Jean-Bernard Fourtillan avaient travaillé ensemble 40 ans plus tôt. 

Une enquête en cours

Jean-Bernard Fourtillan n'a pas fonné suite aux sollicitations de Radio France mais le professeur Joyeux, qui avait initialement soutenu son ami avec force, insiste aujourd’hui pour dire qu’il n’a "jamais co-fondé le fonds Josefa avec le professeur Fourtillan"

"Aujourd’hui, cela paraît évident : mais en fait pas du tout, poursuit-il. Il m’avait demandé de l’accompagner auprès d’industriels importants pour la production de ses patchs, et il avait dirigé pendant des années des centres de recherches. Il connaissait la musique ! Donc, nous étions soit trompés, soit endormis. Nous étions dans la confiance de ces industriels et de lui-même."

Deux juges d'instruction ont été saisis pour mener les investigations, dans le cadre de cette enquête ouverte après analyse des éléments transmis au pôle santé publique du parquet de Paris, par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Henri Joyeux et Jean-Bernard Fourtillan, sont mis en examen dans cette affaire. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alzheimer Médecine Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants