2 min de lecture Accident

Drame de Carcassonne : 2 ans avec sursis pour le tireur, les officiers relaxés

Nicolas Vizioz, le tireur avait fait 16 blessés lors d'une démonstration du 3e RPIM à Carcassonne. Il aurait confondu des balles à blanc et des balles réelles, sans pouvoir expliquer son geste.

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La cour d'appel de Montpellier a confirmé la condamnation à deux ans de prison avec sursis infligée en première instance à Nicolas Vizioz, l'auteur des tirs qui avait fait seize blessés lors d'une démonstration du 3e RPIMa à Carcassonne, dans l'Aude, en juin 2008.
Cinq officiers, dont deux avait écopé d'une peine de six mois avec sursis le 14 mai par la chambre militaire du tribunal correctionnel de Montpellier, ont eux été relaxés.

Le 5 décembre, à l'issue d'une audience juridique avec des débats concentrés sur les responsabilités de la hiérarchie, le substitut général Joël Garrigue avait réclamé contre le sergent Nicolas Vizioz, 33 ans, la confirmation du jugement de première instance, à savoir deux ans de prison avec sursis, et sollicité en plus une amende de 5e catégorie de 1.500 euros.

Un mélange de cartouches inexpliqué


Ce tireur expérimenté et munitionnaire de son unité était l'auteur des coups de feu, tirés sur le public avec un fusil Famas dont le chargeur de 25 à 30 cartouches contenait un mélange de balles à blanc et de balles réelles.

À lire aussi
Un policier grièvement blessé à Mulhouse faits divers
VIDÉO - Mobilisation lycéenne : un policier percuté par une moto à Mulhouse

Ancien du Groupement des commandos parachutiste (GCP), Vizioz a toujours assumé sa faute. Mais il n'a jamais pu expliquer l'origine de son erreur, une confusion entre des balles à blanc (couleur grise) et de guerre (verte), intervenue lors d'une démonstration à l'occasion d'une journée portes ouvertes sur la base militaire.

Contre le lieutenant Christophe Allard, le capitaine Hugues Bonningues, le lieutenant-colonel Lionel Peyre et enfin le patron de l'époque du 3e RPIMa, le colonel Frédéric Merveilleux du Vignaux, le ministère public avait requis des peines d'emprisonnement avec sursis mais sans préciser le quantum. En première instance, seuls Allard et Bonningues avait été condamnés, à six mois avec sursis sans inscription au casier. Les autres officiers avaient été relaxés.

Peines de principe

La décision du 14 mai de la chambre militaire du tribunal correctionnel de Montpellier avait été qualifiée par toutes les parties de "jugement d'apaisement". C'est le parquet qui avait interjeté appel, avec l'idée d'établir "un deuxième examen purement juridique de la chaîne des responsabilités ayant conduit à ce drame".

A l'audience en appel, le substitut Garrigue avait estimé que les "responsabilités morales" avaient été "parfaitement assumées" mais que "les responsabilités pénales" devaient, selon lui, être renforcées.

Le magistrat avait ainsi pointé "des fautes indirectes" de la part de la hiérarchie dans l'organisation de la démonstration, sur le contrat d'assurance, et surtout concernant la gestion des munitions, une des questions centrales de ce dossier. "Si la hiérarchie avait respecté la règle, si elle avait appliqué la règle du contrôle et pas celle de la confiance, il n'y aurait pas eu cette tragédie", avait-il affirmé, dénonçant un "système connu" et pérenne de munition régulièrement détourné par les soldats.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Accident France Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7768872091
Drame de Carcassonne : 2 ans avec sursis pour le tireur, les officiers relaxés
Drame de Carcassonne : 2 ans avec sursis pour le tireur, les officiers relaxés
Nicolas Vizioz, le tireur avait fait 16 blessés lors d'une démonstration du 3e RPIM à Carcassonne. Il aurait confondu des balles à blanc et des balles réelles, sans pouvoir expliquer son geste.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/drame-du-3e-rpima-deux-ans-avec-sursis-en-appel-pour-le-tireur-les-officiers-relaxes-7768872091
2014-01-15 15:17:00