2 min de lecture Justice

Disparues de Perpignan : Jacques Rançon condamné à la perpétuité

Le "tueur de la gare de Perpignan", jugé depuis le 5 mars 2018, a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de 22 ans.

Jacques Rançon, pendant son procès aux assises de Perpignan
Jacques Rançon, pendant son procès aux assises de Perpignan Crédit : RAYMOND ROIG / AFP
Martin Planques
Martin Planques et AFP

La Cour d'assises des Pyrénées-Orientales a condamné ce lundi 26 mars Jacques Rançon, à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de 22 ans pour les meurtres de Marie-Hélène Gonzalez et Moktaria Chaib. 

"Le tueur de la gare de Perpignan" n'a pas réagi au verdict et est sorti du box, après avoir été reconnu coupable du viol et du meurtre des deux jeunes femmes, ainsi que d'une tentative de meurtre et d'une tentative de viol. Lors du verdict, comme pendant les trois semaines de procès, cet ancien cariste-magasinier de 58 ans est resté insondable. Les yeux vissés au sol, réfugié derrière ses trous de mémoire. 

"Marie-Hélène et Moktaria n'auraient jamais dû mourir. Je suis désolé de ce que j'ai fait et je demande pardon", avait déclaré Rançon en clôture des débats, pendant les plaidoiries de ses avocats. L'avocat général Luc-André Lenormand avait, de son côté, requis la peine maximale : la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de 22 ans. "Jacques Rançon n'a plus rien à faire dans cette société, où le droit à la vie est un droit inaliénable", avait-il déclaré.  

À lire aussi
Le palais de Justice de Nevers justice
Les actualités de 18h - Affaire de pédophilie dans la Nièvre : que sait-on des suspects ?

Il reste des "mystères sur Rançon"

Jacques Rançon était jugé pour avoir tué et atrocement mutilé Moktaria Chaïb en décembre 1997 et Marie-Hélène Gonzalez, en juin 1998, dans l'affaire dite des "disparues de Perpignan". Il comparaissait également pour avoir tenté de violer une autre femme et pour en avoir laissé une quatrième pour morte. La décision a été rendue après plus de trois semaines d'audiences, qui aura vu se succéder 35 témoins et une dizaine d'experts. 

Dans son réquisitoire, l'avocat général avait reconnu qu'il restait des "mystères sur Rançon". La police et les juges ont cherché à savoir s'il n'avait pas commis d'autres crimes. Mais ils n'ont pu l'incriminer. Après 17 ans de recherches, c'est grâce à un nouveau logiciel sur le fichier national des empreintes génétiques (FNAEG) que Jacques Rançon avait été identifié le 13 octobre 2014 par la police. C'est une trace sur le dessus de la chaussure droite de Moktaria Chaïb qui a entraîné l'arrestation du "tueur de la gare de Perpignan".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Disparues de Perpignan Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792783086
Disparues de Perpignan : Jacques Rançon condamné à la perpétuité
Disparues de Perpignan : Jacques Rançon condamné à la perpétuité
Le "tueur de la gare de Perpignan", jugé depuis le 5 mars 2018, a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de 22 ans.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/disparues-de-perpignan-jacques-rancon-condamne-a-perpetuite-7792783086
2018-03-26 17:04:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/AUwZGEYc1IXSP1tYwPzdGQ/330v220-2/online/image/2018/0314/7792627478_jacques-rancon-pendant-son-proces-aux-assises-de-perpignan.jpg