1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Défi Facebook mortel : "Il faut arrêter de faire n'importe quoi", dit un gendarme
2 min de lecture

Défi Facebook mortel : "Il faut arrêter de faire n'importe quoi", dit un gendarme

RÉACTION - Le défi Facebook consistant à se jeter à l'eau ou à payer un restaurant a probablement fait deux nouvelles victimes ce week-end. Les autorités sont exaspérées par ces drames à répétition.

Défi Facebook : "Il faut arrêter de faire n'importe quoi", dit un gendarme
01:28
Nicolas Bauby & Benjamin Hue

Déjà dans le collimateur des autorités après le décès d'un jeune homme de 19 ans qui avait sauté attaché à son vélo dans une rivière près de Vannes le 13 juin dernier, le défi Facebook "À l'eau ou un resto" a probablement fait deux nouvelles victimes ce week-end

À Lyon, le corps d'un jeune homme a été retrouvé dans le Rhône samedi 21 juin après que deux garçons âgés d'une vingtaine d'années ont volontairement plongé dans le fleuve depuis un pont, rapporte Le Progrès. Si l'un est ressorti rapidement de l'eau, le corps du second a été repêché par les sauveteurs en début de soirée. Une enquête est actuellement en cours pour vérifier si les paris sur le réseau social sont à l'origine du drame. 

Un peu plus tard, dans la nuit de samedi à dimanche, une femme de 29 ans a succombé à un arrêt cardiaque. La scène s'est déroulée près d'Angers, dans l'eau froide de l'étang de Chaumont-d'Anjou, dans le Maine-et-Loire, rapporte Ouest-France. D'après les premiers éléments de l'enquête, la victime n'est entrée dans l'eau que jusqu'à mi-cuisses avant de faire marche arrière. De retour sur la berge, elle aurait alors été prise d'un malaise.

Les autorités s'inquiètent

Son petit-ami, qui capturait la scène avec son téléphone portable, a donné l'alerte immédiatement. Médecins, pompiers et urgentistes ont tenté, en vain, de ranimer la jeune femme en arrêt cardio-respiratoire. Transférée dans un état critique au centre hospitalier de la ville d'Angers, elle n'a pas survécu à cette hydrocution. Elle aurait "à première vue répondu au défi en chaîne très populaire sur Facebook : à l'eau ou au resto", souligne Ouest-France

À lire aussi

Un comportement qui exaspère les forces de l'ordre, fatiguées de la multiplication des accidents liés à ces paris sur les réseaux sociaux. 

"Elle s'est baignée tard le soir dans une eau certainement très froide. La différence de température a probablement eu une conséquence malheureuse. La personne s'en est rendue compte, elle est ressortie mais c'est là qu'elle a fait un malaise, confie le colonel Frédéric Monin, commandant du groupement de gendarmerie du Maine-et-Loire. Il faut éviter de faire n'importe quoi, n'importe comment, à n'importe quelle heure. Que les gens évitent de se lancer des défis malheureux, conclut-il. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/