2 min de lecture Crash en Argentine

Crash en Argentine : "J'ai mis des gants pour aider les médecins légistes à retirer les corps", raconte la juge

La juge, chargée de l'enquête sur le crash de deux hélicoptères en Argentine qui a provoqué la mort de dix personnes dont huit Français, raconte les premiers instants après l'accident, dans un entretien au "Point".

Les experts Français et Argentins inspectent la zone du crash en Argentine dans lequel Camille Muffat, Florence Arthaud et Alexis Vastine ont perdu la vie.
Les experts Français et Argentins inspectent la zone du crash en Argentine dans lequel Camille Muffat, Florence Arthaud et Alexis Vastine ont perdu la vie. Crédit : JUAN MABROMATA / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Les candidats du jeu d'aventure Dropped seront de retour en France, samedi 14 mars. Trois experts de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie sont attendus sur place. Les experts argentins n'ont pas encore entamé les autopsies des deux pilotes et des huit Français qui ont péri dans l'accident.

Un travail "très douloureux"

La juge en charge du début de l'enquête, Virginia Illanes Bordon, a été l'une des premières à arriver sur le lieu du drame. Elle s'est attelée, avec les pompiers, à la lourde tâche d'extraire les corps des victimes des carcasses. "Ce fut un travail très sérieux et douloureux. Rendez-vous compte ! Dix familles touchées par le deuil. L'un des pilotes argentins venait d'apprendre qu'il allait être grand-père. J'ai moi-même mis des gants pour aider de mes propres mains les médecins légistes à retirer les corps", raconte-t-elle au site du Point.

J'ai tout supervisé pour que soient respectées l'intégrité et l'intimité de leurs proches

Virginia Illanes Bordon, juge
Partager la citation

La juge poursuit en expliquant qu'elle souhaitait "dire aux familles des victimes, des sportifs et de la société de production française : j'ai tout supervisé pour que soient respectées l'intégrité et l'intimité de leurs proches. Je pleurais tout en sortant les cadavres des sportifs français et de l'équipe de tournage des carcasses carbonisées".

Une identification difficile

Elle prévient que l'identification des corps sera "impossible en raison du feu". "Aucun des corps n'était identifiable. Mais nous avons trouvé des objets personnels qui nous ont permis d'identifier quelques victimes : une montre, une bague avec un nom inscrit derrière, une chaîne en or, un crucifix et aussi une petite médaille de la vierge des Miracles, qui appartenait à l'un des pilotes", ajoute-t-elle.

À lire aussi
"Dropped" : les carcasses des hélicoptères qui sont entrés en collision Crash en Argentine
"Dropped" : l'un des pilotes a pu être ébloui, selon un rapport

Virginia Illanes Bordon n'est plus en charge de l'enquête. "C'est mon collègue le juge fédéral Daniel Herrera qui s'occupe désormais de l'enquête. Mais je peux vous dire que ce n'est pas un juge comme moi ou Daniel Herrera qui déterminera seul si la collision est une erreur humaine, technique ou si elle est due à un événement extérieur", explique-t-elle au magazine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Crash en Argentine TF1 Médias
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants