1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Côte-d'Or : deux agresseurs présumés du maire d'Ouges ont été mis en examen
1 min de lecture

Côte-d'Or : deux agresseurs présumés du maire d'Ouges ont été mis en examen

Après la violente agression du maire d'Ouges en Côte-d'Or dimanche 23 mai, deux jeunes hommes ont été mis en examen dans la soirée du jeudi 27 mai à Dijon.

Un brassard de police. (Illustration)
Un brassard de police. (Illustration)
Crédit : THOMAS COEX / AFP
Camille Guesdon
Camille Guesdon
Journaliste

Suite à la violente agression de Jean-Claude Girard, le maire d'Ouges en Côte-d'Or, dimanche 23 mai, deux jeunes hommes ont été mis en examen dans la soirée du jeudi 27 mai à Dijon, selon le procureur Éric Mathais.

Les deux suspects, âgés de 18 et 19 ans, "contestent ou minimisent leur participation" à l'agression. Ils ont été mis en examen pour "violences aggravées" et "violences en réunion". Ces faits sont passibles de 7 ans d'emprisonnement et 100.000 euros d'amende, a précisé le procureur dans un communiqué. L'un des deux hommes a été placé en détention provisoire et l'autre sous contrôle judiciaire. Dans la matinée du mercredi 26 mai, l'un des mis en cause a été interpellé, puis un autre s'était présenté à la gendarmerie quelques heures plus tard. Les casiers judiciaires de ces deux jeunes hommes "ne mentionnent aucune condamnation", précise le procureur.

Le maire s'était vu reconnaître 2 jours d'ITT

Pour rappel, Jean-Claude Girard, le maire d'Ouges, avait demandé à un jeune homme faisant du quad à vive allure le long d'un canal fréquenté par des promeneurs de ralentir, dimanche 23 mai, aux alentours de 18h30. Mais le ton était rapidement monté et le quadiste avait menacé d'appeler du renfort. Peu après, "une dizaine de personnes", selon Éric Mathais, étaient arrivées sur les lieux, armées de barres de fer, et s'en étaient pris au maire en lui assénant "un coup derrière la tête". Le maire s'était vu reconnaître une interruption totale de travail (ITT) de deux jours, tandis que les blessures de la personne venue à son secours, qui a reçu notamment des coups de barre de fer sur l'avant-bras et un coup de poing à l'oeil, ont nécessité dix jours d'ITT.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/